Connect with us

Economie

Côte d’Ivoire : La CNPS lance la sensibilisation sur le régime social des travailleurs indépendants

Published

on


Une délégation de l »Agence de la CNPS de Yamoussoukro conduite par son manager Kouamé Yéboua a organisé une rencontre avec les travailleurs indépendants de Toumodi dans le cadre du lancement sur la communication relative au régime social des travailleurs indépendants le jeudi 26 août à la salle de mariage de la mairie de Toumodi.

Il est bon de mentionner que la couverture sociale a été élargie aux travailleurs indépendants depuis l’année 2019 selon l’ordonnance n° 2019-636 du 17 juillet 2019 portant institution de régimes de prévoyance sociale des travailleurs indépendants. Kouamé Yéboua premier responsable de la CNPS de Yamoussoukro a expliqué de long en large les tenants et les aboutissants de ce projet qui passe pout être une aubaine inespérée pour le secteur informel;  » La première étape constitue la sensibilisation, ensuite vient l’enrollment. La sensibilisation s’impose dans un premier temps parce que les populations ont besoin de s’approprier ce projet. Nous avons des agents enrolleurs qui vont rencontrer les travailleurs indépendants individuellement ou en groupes organisés.

L’enrollement consiste à réunir un ensemble de renseignements utiles dans le but de faire leur immatriculation. Ce sont la carte d’identité nationale ou un document permettant d’identifier clairement l’individu, il faudra préciser à quelle catégorie vous appartenez (commerçant, agriculteur, artisan ou autre chose), et quel est le revenu que vous déclarez, mais sachez qu’il y a un minimum à déclarer. Séance tenante on prendra votre photo, vous apposerez votre signature pour matérialiser votre adhésion au projet. Après quoi, un travail sera fait afin de vous attribuer un numéro  qui vous sera communiqué automatiquement, et c’est ce numéro que vous allez utiliser pour interagir avec la CNPS dans le cadre de ce régime social du travailleur indépendant.

Désormais, vous pouvez commencez à cotiser.  »  Un membre de la délégation a pris le relais pour éclairer la lanterne de l’auditoire concernant la manière de payer:  » On peut payer par espèce à travers les micro-finances qui collectent les fonds pour faire le reversement, on peut payer par téléphone, on peut faire des versements à la banque, on peut aussi faire des virements à la banque sur le compte de la CNPS et ça sera inscrit sur votre compte personnel à la CNPS. Les cotisations sont prévues tous les trimestres. On peut payer soit au jour le jour, soit pour tout le mois, soit pour toute l’année, mais il faut savoir qu’à chaque fin de trimestre, on fait le point pour pouvoir valider dans le trimestre, pour qu’on puisse être pris en compte. » Le maire de Toumodi a communiqué en langues vernaculaires, baoulé et bambara pour sensibiliser les travailleurs indépendants présents dans la salle.

La table de séance de cette cérémonie était occupée par le sous-préfet central de Toumodi qui présidait ladite cérémonie, le maire de la commune de Toumodi, le conseiller technique du DG de la CNPS, et le manager de l’agence de la CNPS de Yamoussoukro Kouamé Yéboua 

                                                                                                                                         DO

Economie

Côte d’Ivoire : L’Ambassadeur Aly Touré reçu par le patron du Comité Consultatif International du Coton

Coopération dans le domaine du coton

Published

on

En mission à Washington DC (USA) en vue d’échanger avec le secteur Privé Américain dans le cadre des activités de l’organisation Internationale du Cacao (Icco), SEM Aly Touré, Président du Conseil de l’ICCO, a été reçu en audience le Mercredi 08 Septembre 2021 par le Directeur Exécutif de l’Icac, Kai Hughes.

Cette rencontre été l’occasion pour son SEM Aly Touré de remercier le Directeur Exécutif de l’organisation pour l’audience accordée et indiqué être venu remercier les états membres pour avoir bien voulu organiser la 77ème session plénière de l’ICAC qui s’est tenue du 02 au 08 Décembre 2018 à Abidjan et leur transmettre par la même occasion la gratitude du Gouvernement et du peuple de Côte D’Ivoire. Les deux parties ont longuement échangé sur la durabilité de l’économie cotonnière d’une part, et d’autre part de l’amélioration des conditions de vie de ses producteurs.

Par ailleurs, Il a été question du rôle de leader que joue la Cote d’Ivoire en ce qui concerne ce produit de base. Le numéro un du Comité Consultatif International du Coton a informé la délégation Ivoirienne des initiatives prises depuis quatre ans pour l’amélioration de la gouvernance de l’organisation. Il en a profité pour demander à la Cote d’Ivoire de bien vouloir approcher au nom de l’Organisation les pays tels le Bénin, le Mali, le Tchad, le Ghana, le Sénégal, et le Burkina Faso en vue d’une unité d’actions pour le bonheur des producteurs africains de coton. Dans la même dynamique, le Directeur Exécutif de l’ICAC a informé la Côte d’Ivoire d’un projet relatif au rendement de la culture de coton en Afrique.

La délégation Ivoirienne a manifesté le souhait d’abriter une antenne régionale du réseau global de la Recherche cotonnière ainsi qu’un institut de Recherche du coton pour l’Afrique de l’Ouest. Aussi, la question de la redynamisation de la chaine de valeur du Textile en Afrique et en Côte d’Ivoire en particulier a été abordée. Des contacts de haut niveau ont été pris par la délégation Ivoirienne avec des investisseurs Bangladesh (Bangladesh Garment Manufacturers and Exporters Association) qui ont manifesté le désir d’investir dans ce secteur en Côte d’Ivoire. L’ordre du jour de la prochaine session plénière de l’ICAC du 6 au 9 Décembre 2021 ainsi que le plan d’action stratégique de l’Organisation ont été passés en revue et la délégation Ivoirienne s’est dite satisfaite du travail accompli et des progrès réalisés. Kai Hughes a informé la délégation de Cote d’Ivoire de sa volonté de recruter un expert en Coton en vue de coordonner les activités de l’ICAC en Afrique de l’Ouest. Enfin, eu égard à la convergence des points de vue entre le Directeur Exécutif et la délégation Ivoirienne, il a été convenu d’explorer la possibilité d’une visite de haut niveau du Directeur Exécutif à Abidjan en vue d’échanger avec les autorités Ivoiriennes. Rappelons que Le Comité Consultatif International du Coton (ICAC) a été créé, à Washington, en septembre 1939, en vue d’encourager la coopération dans le domaine du coton, en servant de centre d’échange pour les informations techniques relatives à la production, la consommation, le commerce et les stocks de coton.

L’Ambassadeur Aly Touré était accompagné pour la circonstance par SEM Mamadou Haidara, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Côte d’D’Ivoire aux Etats-Unis d’Amérique.

F.H

Continue Reading

Economie

Published

on


L’offensive de la Côte d’Ivoire pour attirer des investisseurs sur le marché ivoirien dans les domaines clés continue.

Faruque Hassan et Miran Ali, respectivement Président et Vice-président de la multinationale BGMEA (Bangladesh Garment Manufacturers and Exporters Association) ont été reçus en audience par son SEM Mamadou Haïdara, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Côte d’Ivoire aux Etats-Unis, le jeudi 09 Septembre 2021, à Washington D.C. Les entretiens entre l’Ambassadeur Mamadou Haïdara et ses hôtes ont tourné autour de l’opportunité d’investir dans le textile en Côte d’Ivoire. Cette multinationale qui est l’Association des Exportateurs et fabricants du Bangladesh, est spécialisée dans l’habillement et les tissus de fibres, vêtements et étoffes tissées, tissage d’articles et d’habillement, ainsi que les vêtements tricotés tissés, exporte vers 150 pays dans le monde.

En Côte d’Ivoire, la filière coton a affiché sur la dernière décennie un rythme de progression soutenue. Le sous-secteur est l’un des plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest. La campagne cotonnière 2021/2022 s’annonce historique. Selon l’Association professionnelle des sociétés cotonnières (Aprocot-CI), la récolte d’or blanc atteindra 580 000 tonnes durant ladite saison contre 558 000 tonnes en 2020/2021. Cette production anticipée, qui devrait être la plus forte de l’histoire du pays sera réalisée sur une superficie de 460 000 hectares. La pandémie mondiale ne semble pas avoir impactée la production de coton en Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire qui ambitionne de transformer tous ces produits agricoles et matières premières conformément à la vision de SEM Alassane Ouattara, la Côte d’Ivoire entend saisir cette opportunité en vue de l’installation d’usines en vue de transformer l’or blanc ivoirien.

Les usines textiles d’Agboville, de Bouaké et de Dimbokro pourraient intéresser ces investisseurs. En retour, SEM Mamadou Haïdara a, quant à lui, remercié ses hôtes de leur visite et pris l’engagement de transmettre leur offre aux autorités compétentes en Côte d’Ivoire. Enfin, il a été convenu d’une visite de travail du Représentant Permanent au Bangladesh. Notons qu’au cours de cette audience, l’Ambassadeur Mamadou Haïdara était assisté de SEM Aly Touré, Représentant Permanent de la Côte d’Ivoire auprès des Organisations Internationales de Produits de Base et d’Assi Hervé (Conseiller Commercial à l’Ambassade de Côte d’Ivoire aux USA).


F.Ali avec Service de Communication de la Représentation Permanente
Légende : SEM Mamadou Haïdara en compagnie de l’Ambassadeur Aly Touré et des Président et Vice-président de la multinationale BGMEA.

Fofana Hamilton

Continue Reading

Economie

Côte d’Ivoire : Raymonde Goudou Coffie s’engage à plaider auprès des autorités compétentes afin de faire perdurer le projet de diffusion de technologie de transformation de la banane plantain

Published

on

Le monde agricole connait certaines difficultés qui s’érigent en des préoccupations essentielles entre autres les pertes post-récoltes de la banane plantain estimées entre 30 et 40% de la production annuelle.

C’est pour réponde à ce besoin qu’une équipe de recherches  animée par le Professeur Gonnety Tia Jean a mis au point une technologie innovante de transformation de la banane plantain sénescente (la banane plantain  trop mûre) en semoules, un produit à la longue durée de conservation et commercialisation. Cette technologie a été transférée à des acteurs de la filière banane plantain dans le cadre de la mise en oeuvre du projet intitulé  » Diffusion d’une technologie de transformation de la banane plantain sénescente (trop mûre) en semoules. La société coopérative les moissonneurs est l’entité agricole qui a bénéficié de la formation qu’il faut pour satisfaire ce besoin.

Aussi, l’inauguration de ladite unité a-t-elle eu lieu le samedi 21 août dernier, et les moissonneurs ont choisi comme marraine la ministre gouverneur du District Autonome des Lacs Raymonde Goudou Coffie pour présider cette cérémonie qui a enregistré la présence du corps préfectoral, du représentant du maire de Toumodi, et de certaines sommités du monde scientifique dont le président de l’université Nangui Abrogoua d’Abobo-Adjamé le Professeur Tano Yao. La marraine de la cérémonie la ministre gouverneur Raymonde Goudou Coffie a déclaré ce qui suit:  » De tout temps, j’ai effectivement participé à l’autonomisation des femmes dans mon département. Je les ai toujours encouragées à se regrouper pour bénéficier des retombées de leurs efforts quotidiens. Elles produisent et très souvent elles sont confrontées à des pertes et pourrissements de leurs denrées Leur formation à la transformation de produits ne peut être qu’encouragée.

C’est pourquoi je voulais féliciter notre brillant président de l’Université Nangui Abrogoua, le Professeur Tano Yao qui permet à travers son pôle de recherches, l’inauguration de cette unité. je m’engage à être votre porte parole auprès des autorités compétentes pour que ce projet puisse perdurer. » La présidente des moissonneurs Brouz Jeanette a signifié toute sa gratitude à leur marraine pour son sempiternel soutien en tous points de vues vis à vis de leur entité, Toutefois, elle ne s’est pas empêchée de faire des doléances entre autres acquérir un tracteur, un séchoir à gaz, et l’attestation d’attribution du terrain pour leur nouveau site. Quant au  président de l’Université Nangui Abrogoua d’Abobo-Adjamé le Professeur Tano Yao, il a rappelé que ce transfert de technologie a été possible grâce à l’appui financier du fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricole (FIRCA), à travers le Fonds Compétitif pour l’Innovation Agricole Durable (FCIAD).

                                                                                                                                                                 DO

Continue Reading

Actualité