Connect with us

média

Côte d’Ivoire : Un match de football très tendu à Bouaké entre journalistes et militaires.

Bouaké : Activités récréatives au camp génie, les journalistes battus par les militaires

Published

on

Les militaires du premier bataillon du génie ont pris le dessus sur les journalistes et hommes de médias à l’issue d’un match de football qui les a opposés dans le cadre du renforcement des liens entre les deux entités.

Les journalistes et professionnels de médias de l’intérieur du pays viennent à nouveau d’enregistrer une défaite face aux militaires du 1er bataillon du génie de Bouaké. C’était le mardi31 Août 2021 dernier à l’occasion de la journée sportive initiée par les deux parties. En effet, dans le cadre du renforcement des relations armée-nation, l’union nationale des journalistes et correspondants de presse de Côte d’Ivoire (UNAJCOP-CI) et le camp génie de Bouaké mènent conjointement depuis quelques années des activités récréatives marquées surtout par une partie de football. Si l’an dernier les journalistes ont été lamentablement battus par un score de 5 buts à 1 par les hommes du Colonel Mel Armel, ils avaient décidé de prendre leur revanche ce 31Août.

Cette revanche n’a malheureusement pas pu être réalisée, car les collaborateurs de Ladji Abou Sanogo, président de l’UNAJCOP-CI, bien qu’ayant donné le meilleur d’eux sont tombés de justesse face aux sapeurs. Malgré la rude bataille livrée entre les deux formations, les hommes du génie ont pris le dessus avec 4 buts contre 3 pour les journalistes. Mais bien avant cette rencontre sportive une conférence a été prononcée sur les missions et actions des sapeurs, sur le rôle que joue le bataillon du génie tant au plan militaire avec leurs frères d’armes qu’au social avec les populations civiles. Une visite du camp aura permis aux journalistes de connaître toutes les activités menées par les sapeurs. Pour le premier responsable des journalistes de l’intérieur du pays, Ladji Abou Sanogo, cette activité avec les militaires répond à deux objectifs. « Nous avons sollicité ce match auprès de nos frères militaires dans le cadre des relations armée-nation, pour montrer à l’opinion nationale et internationale que les militaires sont en phase avec leurs populations et qu’il n’y a pas de barrière. A travers ce match c’est notre soutien que nous sommes venus apporter aux sapeurs qui abattent un énorme travail pour les populations » a déclaré Ladji Abou Sanogo qui n’a pas manqué d’associer l’UNJCI à cette activité. Au nom du président Jean Claude Coulibaly, Traoré Yacouba, délégué UNJCI de Yamoussoukro a dit sa joie d’être de la partie qui lui a permis de comprendre beaucoup sur ce corps. « A travers les présentations qui nous ont été faites, nous avons été édifiés sur ce corps militaire, ses missions, ses activités qu’il mène. Cette rencontre nous a aussi permis d’être dans l’intimité des militaires dans le cadre du renforcement des liens armée–nation ». Pour sa part, le commandant de corps, le Colonel Mel Armel, s’est dit heureux de l’engouement qui naît autour de cette activité qui est devenue plus qu’une tradition. « Je tiens à dire merci aux uns et aux autres, parce que j’ai senti cette mobilisation, c’était bien. J’ai vraiment apprécié l’ambiance. J’espère que cette collaboration depuis un certain nombre d’années va se perpétuer. On va continuer à marcher main dans la main. » a-t-il souhaité et de conclure « Et nous comptons sur vous pour être nos relais auprès des populations pour leur dire ce que nous faisons ici au camp génie. Ce que nous pouvons faire de bien pour eux pour que ce soit la Côte d’Ivoire qui gagne ». Cette belle journée sportive doublée de la conférence sur le camp le camp génie s’est soldé par un partage de repas entre journalistes et militaires.

média

Le MFWA et l’OLPED initient des séminaires sur le droit à l’accès à l’information en Côte d’Ivoire

Published

on

La fondation des médias pour l’Afrique de l’ouest ( MFWA) en partenariat avec l’observatoire de la liberté de la presse, éthique et de la déontologie ( OLPED), organisent le mardi 21 septembre 2021 un forum public sur le thème : L’accès à l’information pour une gouvernance transparente et responsable en Côte d’Ivoire. Le forum public sera organisé à Manhattan Suites Hôtel et réunira les principales parties prenantes et acteurs clés des ministères, départements, et institutions gouvernementales, ainsi que des représentants des organisations de la société civile, des universitaires, des associations de médias, des journalistes, et le grand public.

Les participants délibéreront sur la loi N° 2013-867 portant accès à l’information en Côte d’Ivoire, les défis rencontrés dans sa mise en œuvre ainsi que son rôle dans le renforcement d’une gouvernance transparente et responsable en Côte d’Ivoire.
Dans ce même canevas, un séminaire de renforcement de capacité des journalistes aura lieu du mercredi 22 au jeudi 23 Septembre à Grand-Bassam.

Les acteurs clés présents lors du forum feront des recommandations qui seront documentées et partagées avec les institutions concernées afin que des mesures soient mises en œuvre pour une meilleure application de la loi en Côte d’Ivoire. Le forum offrira également une plateforme pour le lancement du manuel pour les journalistes sur l’accès à l’information en Côte d’Ivoire.
Le manuel représente un guide conçu pour aider les journalistes du pays à mieux comprendre la loi et fournir 10 astuces pratiques dont les journalistes peuvent se servir pour accéder aux informations nécessaires afin d’avancer dans leur travail. L’accès à l’information est universellement reconnu comme un droit humain fondamental.

Ce forum a donc pour objectif de contribuer aux efforts de sensibilisation du public sur la loi d’accès à l’information, ainsi que sa pertinence pour le renforcement de la gouvernance en Côte d’Ivoire. Le forum public et le lancement du manuel pour les journalistes font partie des activités prévues dans la cadre du projet de la MFWA intitulé « promouvoir la liberté de la presse, le journalisme indépendant et la gouvernance démocratique en Afrique de l’Ouest ». Le projet est mis en œuvre avec l’appui financier de l’Open Society Initiative for West Africa (OSIWA)

Stéphane Kouakou

Continue Reading

média

Décès d’un journaliste correspond, le cri de cœur de Ladji Abou Sanogo

Published

on

Ladji Abou Sanogo, président de l’Union Nationale des journalistes correspondants de Côte d’Ivoire (unajcopci) est inconsolable depuis ce mardi 16 août 2021.

Pour cause, l’annonce de la mort brutale de l’un de ses membres dans les conditions désastreuses et misérables à Daloa. En effet le correspondant du quotidien  » Allo Police » à Daloa, Tia Grawa Nestor a été découvert mort dans son domicile ce jour par la police sur information du voisinage qui ignore totalement les cause de la mort de celui-ci.

Bien avant, c’est le confrère René Kouassi, ex-journaliste-correspondant du quotidien « Le MANDAT » dans la région du Lôh Djibooua qui avait brutalement disparu le 25 juin dernier.

Face à ces événements malheureux qui frappent des journalistes correspondants dans les conditions misérables et de pauvreté, sans aucun soutien des organes qu’ils représentent, le président Ladji Abou Sanogo, défenseur numéro 1 des droits des correspondants de presse ivoiriens est monté au créneau. Ci-dessous l’intégralité du communiqué.

Communiqué n°2 relatif au décès du confrère de Daloa

Ladji Abou Sanogo, président de l’unajcopci

« Le BEN de l’UNAJCOP-CI constate, malheureusement, que depuis un certain temps, des correspondants meurent dans des conditions désastreuses et misérables. Plus grave, pour leur enterrement, ce dernier voyage qui devrait permettre d’honorer leur mémoire, les journaux pour lesquels ils bossaient, brillent par leur absence. Que diantre ! Ne sommes nous pas des humains ? Pourquoi l’homme est devenu si méchant ? Alors j’aimerais dire à la tous les correspondants de presse, que vous soyez fonctionnaires ou professionnels, soyons vigilants. Aidons ceux qui exercent uniquement que ce métier à ne pas mourir dans de telles conditions. Quand on souligne ce fait, il y a des gens qui se plaignent et nous disent que nous voulons catégoriser les correspondants. Oui, chers confrères, il est temps de se dire la vérité. Le fonctionnaire qui a un salaire fixe et garanti n’a pas le même problème que feu Balla Maoïse, feu René Kouassi et feu Tia Nestor. Les piges(???) ne sont même pas payées, de quoi doivent vivre ces correspondants ? De perdiems? Et leur dignité, et leur honneur, et leur avenir? Trop c’est trop. Nous allons saisir le patronat, l’ANP, les syndicats et le ministère de la communication pour protester contre l’indifférence des responsables des journaux qui maltraitent les correspondants. Trop c’est trop. Haro sur les mauvais patron. Mon cœur saigne.

Le président LAS »

Continue Reading

média

Côte d’Ivoire : Les journalistes d’investigation formés à la Gouvernance minière

Published

on

Plus de vingt-cinq journalistes d’investigation prennent part à  une formation sur la gouvernance minière à Yamoussoukro depuis le lundi 05 juillet dernier.

Initié par l’Organisation Nationale des Journalistes d’investigation en collaboration avec l’institut Nationale Polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INP-HB), le séminaire de formation sur la gouvernance minière vise à donner des rudiments adéquats aux journalistes enquêteurs afin d’approfondir leur connaissance de base sur le secteur minier  et le champ d’intérêt, d’avoir un aperçu général des enjeux de la gouvernance minière, et de mieux comprendre leur rôle face aux défis dans ce secteur.

Sériba Koné, président de la faitière des journalistes d’investigation ivoiriens a fait savoir que cette formation est une belle opportunité pour les membres de sa corporation qui rêvent d’aller toujours au-delà du factuel, approfondir leurs recherches, leurs enquêtes pour en sortir ce qui ne se dit pas toujours sur la place publique.

Kaisa Koroskainen, Conseillère technique au Giz Allemand,  formatrice au cours du séminaire a dégagé  l’importante contribution du  développement minier dans  la croissance économique de la Côte d’Ivoire. Elle a également expliqué les défis du journaliste d’investigation  de se former sur le secteur minier afin de mieux jouer son rôle d’informateur de la population.

Le Centre d’Excellence Africain Mines et Environnement Minier (CEA-MEM) de l’Institut National Polytechnique Félix HOUPHOUET BOIGNY (INP-HB), partenaire à cette formation a été présenté par le Professeur Yao Kouakou Alphonse, Coordonnateur du Centre d’excellence d’Afrique mines et environnement minier à l’Inp HB.

Selon lui, la mission principale du CEA-MEM est de contribuer à l’adéquation formation et emploi dans le secteur des Mines et Environnement minier, afin de lutter contre le chômage des diplômés. Il œuvre à développer des formations qui confèrent aux diplômés suffisamment de compétences pour prendre en charge le secteur minier dans une perspective de prise en compte du cycle de vie minier. L’une des actions prioritaires du CEA-MEM est de contribuer à l’émergence d’une recherche scientifique de qualité pour soutenir le développement du secteur minier.

C’est dans le cadre de la composante 3 du projet GRSE et des objectifs visés par le CEA-MEM que se déroule les formations de courte durée sur la gouvernance minière dont le séminaire présent.

Notons que cette formation est entièrement financée par Agence allemande de coopération internationale, GIZ.

Christ Kémondé

Continue Reading

Actualité