Connect with us

média

Côte d’Ivoire : Après MT, Bamba Alex Souleymane parle du football ivoirien

Ce que je crois…
par Bamba Alex Souleymane
Notre Football Pris en OTAGE!

Published

on

Bamba Alex Souleymane est une figure emblématique de la presse ivoirienne, il décide cette fois de poser son opinion sur le football ivoirien. Avant lui, c’est Moussa Traoré, ancien président de l’Unjci qui avait fait une sortie la semaine dernière sur la même question au cours d’une conférence de presse.

J’ai suivi les différents avis enflammés des uns et des autres. Je continue d’écouter les murmures et autres réactions rugueuses, émises par les pour ou contre, des potentiels protagonistes de ce mélodrame sportif que vit la Côte d’Ivoire. Depuis la mise sous coupe réglée de la Fif par la Fifa et la Caf, en décembre 2020, plus rien n’a été comme par le passé. Le milieu et l’environnement de notre foot, se sont littéralement dégradés. Son fondement unitaire a volé en éclats. Désormais, c’est la foire. Le marché. Chacun y va de ses sarcasmes, certitudes fondées ou pas. La passion l’emporte plus que de raison. Les antagonismes sont sans pitié. Les Journalistes font feu de tout bois. Chaque camp fourbit des armes acérées pour chercher à détruire l’autre. La Fifa est en train de rabaisser et de banaliser notre pays.
Comment démêler l’écheveau ? Il faut s’appuyer voire savoir s’appuyer sur les réussites du passé.
A-t-on besoin de parrainage pour devenir Président ? Seuls les clubs votent. D’où vient ce sésame ? Quelle est cette intrusion dans la gestion de notre foot ?
Vouloir imposer un candidat ? Moi je n’ai aucune préférence. Pour autant, je ne suis pas moins attentif aux slogans ainsi qu’aux qualités dont on affuble des candidats. L’Etat ivoirien doit réagir.
Pourquoi vouloir imposer un candidat ? Pourquoi tant de tripatouillages ? Toutes ces contorsions des textes ? Textes pourtant discutés à l’AG et amendés par les clubs. La Fifa n’avait pourtant pas fait d’objections de fond sur cette procédure. Pourquoi et pour quelle raison fondamentale on voudrait décider du rejet des dispositions réglementaires pour voter librement par les clubs qui, nolens volens, restent les maîtres du jeu. Celui qui n’a pas compris cela pourrait se perdre mille fois ; en conjectures parce que la réalité a pour fondement l’existence des clubs structurés en statuts et règlement intérieur conformément aux textes de la Fifa et de la Caf. Vouloir forcément trouver des arguments fallacieux et nébuleux, on finit par se perdre dans ses propres contradictions. Le football est, dit-on, l’opium du peuple. Comme tel, il touche et concerne tout le monde à la fois et chaque aficionado est fondé à croire qu’il est un spécialiste. Et comme tel, lui aussi ; pense qu’il a la science infuse ou bien la solution. Comme tel, il pense peut-être à raison que sa perception personnelle doit prévaloir sur celle des autres qui ne la partageraient pas. Là se situe l’une des très grosses difficultés de l’analyse rationnelle objective autant que possible d’une situation dans laquelle se trouve plongé dans des contradictions abyssales le football ivoirien. Il est clair cependant que l’on relève trop d’élucubrations et de postures sentencieuses parce que depuis la nuit des temps parrainage ou pas (je ne sais même pas à quoi ça sert) pour être candidat à la présidence de la Fif, n’importe qu’elle citoyen porté par un club peut briguer le suffrage des autres clubs pour accéder à la présidence de la fédération de football de son pays en l’occurrence la Côte d’Ivoire.
Alors pourquoi tant de tracasseries et d’obstacles fictifs ? Ah l’homme, comment cette espèce volatile, insaisissable et pourtant dotée d’une conscience humaine, peut-il se comporter comme si les valeurs morales étaient en l’espèce du beurre, sans intérêt et qu’on a l’impression qu’il y a une volonté d’imposer une gouvernance avec des hommes que la Fifa-Caf auront choisi. La nomination du Cornor-fif en janvier 2021 a obéi à cette logique et en est une illustration patente.
La Fifa veut changer les règles du jeu en plein match. Les manœuvres de diversion vont à l’encontre des valeurs du foot. Infantino et Motsépe (anciens ramasseurs de balles) ne peuvent réinventer le foot et en modifier le fondement organique. Il y a manifestement une INTRUSION inacceptable de la tutelle internationale dans un processus local qui se passe dans les règles de l’art en tenant compte des textes de la FIF. Tout citoyen qui aspire à diriger la FIF peut faire acte de candidature. Si les clubs l’élisent, tant mieux. Or, en l’espèce, tout porte à croire que l’on voudrait infantiliser les organes dirigeants du football d’un pays qui est devenu à force de travail, de persévérance et d’investissement l’une des grosses pointures du football africain, champion d’Afrique à deux reprises et deux fois mondialiste. Tout n’est certes pas parfait et tout ne sera jamais parfait ni pour la Côte d’Ivoire ni pour aucun autre pays dans le monde, mais de grâce que l’on laisse à la FIF suffisamment de liberté pour penser son football et le faire rayonner avec ses propres compétences, ses propres rêves et ses ambitions. Que l’on se souvienne, après plusieurs tentatives et autant de sacrifices, que c’est avec un Ivoirien à la tête de la sélection en 1992 qui nous gagnâmes notre première étoile… Le football, comme la vie, est une école. Et ceux qui en savent beaucoup ou assez, parlent peu. Tout se joue sur le rectangle vert et au fond des filets dans le respect de l’adversaire et les règles de la discipline.
Bamba Alex Souleymane

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

média

Côte d’Ivoire : Deux journalistes seniors devant les tribunaux, communiqué

Published

on

DECLARATION DE L’INTERSYNDICALE DU SECTEUR DES MEDIAS EN COTE D’IVOIRE – ISMCI

Suite à l’affaire des Journalistes Séniors Michel Buitruille, Ano Nianzou CONTRE l’avocat Serge Effi devant les tribunaux d’Abidjan Plateau

Situation contextuelle

En novembre 2021, les séniors de la presse ivoirienne, Ano Nianzou et Michel Buitruille résidant à Assini Mafia, dans le cadre d’une enquête, cherche à plusieurs reprises à contacter en vain, l’avocat Serge Effi auteur de la destruction de la résidence du professeur Laurent Ridet, français résidant dans la cité.

Joint finalement en décembre 2021, l’avocat soutient vouloir d’abord recueillir l’avis de l’ensemble des membres de sa famille avant toute réaction. Sans jamais donner suite à la requête des journalistes.

Le sénior de la presse, Ano Nianzou, Conseiller technique chargé de la Communication à la Présidence de la République de 2001 à 2011 et le sénior Michel Buitruille, fondateurs du site Internet www.anonianzou.com ont donc décidé de porter les agissements du sieur Serge Effi à la connaissance du grand public par des articles de presse publiés sur leur site d’information générale et relayés sur leurs différentes pages Facebook.

Il n’en fallait pas plus pour que l’homme de loi fasse fi de toute règle en la matière pour traduire les journalistes séniors devant les tribunaux, allant jusqu’à leur réclamer une faramineuse somme de 100 millions de FCFA « pour diffamation ».

Position de l’Intersyndicale du secteur des médias

Le procès des séniors de la presse Ano Nianzou et Michel Buitruille contre Maitre Serge Effi est prévu pour se tenir en correctionnelle ce vendredi 15 juillet 2022 à 8 heures au palais de Justice du Plateau.

L’Intersyndicale du secteur des médias en Côte d’Ivoire tient à rappeler au juge en charge de ce dossier que la loi 2017-867 du 27 décembre 2017 portant régime juridique de la presse en Côte d’Ivoire en son article 89 soutient fermement que « la garde à vue, la détention préventive et la peine d’emprisonnement sont exclues pour les infractions commises par voie de presse ou par tout moyen de publication… ».

Par ailleurs, l’ISMCI rappelle au Ministère de la Justice et des droits de l’homme d’user de son autorité pour mettre fin à ce procès car le secteur des médias dispose d’un outil de régulation des infractions par voie de presse qu’est l’Autorité nationale de la Presse (ANP).

Aussi l’ISMCI saisit ici le ministère de la Communication pour user de son autorité pour que cette affaire soit plutôt reversée à l’ANP et non à un tribunal correctionnel.

L’ISMCI en appelle à la mobilisation des journalistes et acteurs des médias en Côte d’Ivoire pour se mobiliser contre ce procès du vendredi 15 juillet.

L’ISMCI se réserve le droit de saisir la Fédération internationale des Journalistes et les instances de défense de droit à l’accès à l’information concernant cette affaire

Fait à Abidjan le 13 juillet 2022

Sam Wakouboué
Porte-parole de l’ISMCI

Continue Reading

média

Côte d’Ivoire : Le journaliste d’Investigation Noël Konan placé en garde à vue à Abidjan

Published

on

NOËL KONAN⁩, journaliste d’investigation ivoirien est gardé à vue à la police économique au Plateau, malgré la loi sur la dépénalisation de la presse.

Noël Konan est le journaliste qui a participé à l’enquête de Pandora Papers qui avait mis en cause certaines personnalités ivoiriennes.

Il avait été convoqué ce mardi 13 juillet 2022 par la Direction de l’Information et des Traces Technologiques ( DITT) pour affaire le concernant.

Des suites de la convocation ont fait savoir que le confrère est poursuivi pour diffamation par le Groupe NSIA . Après son audition ce mardi, il est placé en garde à vue à la direction de la police économique.

Une situation qui met en mal le travail des journalistes d’investigation, que le ministre de la promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption, a invité à s’impliquer dans lutte contre la corruption en Côte d’Ivoire.

En effet, la question de la sécurité des journalistes avait été évoquée le 5juillet dernier lorsque Epiphane Zoro Bi invitait les médias à â jouer les chiens de garde dans cette lutte à travers la plate-forme des journalistes d’investigation.

Christ Kémondé

Continue Reading

média

Abidjan: Les médias invités à être des chiens de garde dans la lutte contre la corruption en Côte d’Ivoire

Published

on

Le lundi 04 juillet 2022, s’est tenu à Abidjan Cocody le lancement de la Plateforme des Journalistes d’Investigation à l’initiative du ministère de la   Promotion de la bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption et financé par la Coopération Allemande (Giz).

Il s’agissait au cours de cette cérémonie, de lancer officiellement une plateforme en ligne sur laquelle des journalistes d’investigation désireux de participer à la bonne gouvernance et de lutter contre la corruption doivent s’inscrire. Cette plateforme d’inscription en ligne sera ouverte pendant deux mois de juillet à fin aout. Les inscrits feront objet d’une sélection par un jury composé du ministère de la communication, celui de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption, l’ANP, CAIDP, l’UNJCI, la Haute Autorité Pour La Bonne Gouvernance, et OLPED.

 Les journalistes retenus seront accompagnés dans  le projet. Le projet durera deux ans.  il s’agira de donner les instruments du journalisme d’investigation aux hommes des médias, de leur donner des formations, ainsi qu’un prix pour le meilleur article d’investigation, de créer un cadre de collaboration avec les médias, de former et sensibiliser les professionnels des médias, de donner de la visibilité aux activités du ministère, faire des médias des partenaires dans la lutte contre la corruption.

Pour le Ministre de la   Promotion de la bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption, Epiphane Zoro Bi Ballo,  les journalistes ayant un rôle très capital dans le contrôle de la gestion des biens de l’Etat et étant l’œil du peuple, il convient de les associer à la mission délégué à son ministère. Celle de combattre la corruption en Côte d’Ivoire. Il a également fait savoir que le projet s’articule autour de cinq composantes que sont le lancement de la plateforme physique, la production de supports pédagogiques et didactiques en matière de journalisme d’investigation, les ateliers de formation des journalistes, l’accompagnement des journalistes formés pour la production de grands genres en matière de lutte contre la corruption et enfin la création de la plateforme Web des journalistes.

Tous les journalistes intéressés par cette plateforme peuvent s’inscrire à partir de ce lien : http://forms.gle/kLXaaqdfftzsTgwTs8

Christ Kemondé

Continue Reading

Actualité