Connect with us

Société

Toumodi-Crise interne de Toumodikro/Niangoin invite toutes les bonnes volontes pour le reglement des problemes qui minent le village.

Published

on

Nous avons interrogé le lundi 7 novembre monsieur Frédéric Tanoh Niangoin expert consultant en gestion des conflits et paix également fils et cadre de Toumodikro et président de l’Ong ALERTE CONFLIT dont le siège social est à Toumodi. Dans cet entretien il rassure d’abord que le pardon et la réconciliation obtenus le 30 octobre 2022 dernier à Toumodikro sont irrévocables et lance ensuite un appel à toutes les bonnes volontés pour aider à régler dans l’objectivité, la vérité et la justice les problèmes qui minent le village et divisent les cadres

La récente rencontre de réconciliation entre les grandes communautés d’allochtones et d’allogènes originaires du Nord de la Côte d’Ivoire, d’une part et le village-quartier de Toumodikro d’autre part, a révélé au grand jour des dissensions entre des fils et filles de ce village-quartier qui a donné naissance à la ville devenue chef-lieu du département de Toumodi.
Ces divisions qui paraissent très profondes ne risquent-elles pas de constituer un nœud dans la réconciliation obtenue sur le sol de Toumodikro le dimanche 30 octobre 2022, suite au grave conflit meurtrier politico-communautaire lié à l’élection présidentielle du 31 octobre 2022 ?
Merci de me donner l’opportunité de me prononcer sur des sujets très importants, notamment la rencontre du 30 octobre 2022 pour le Pardon et la Réconciliation, à laquelle une bonne partie de la population du village de Toumodikro n’avait pas pris part, et surtout de parler des différends qui existent entre certains fils et filles de ce village.
Pour ce qui concerne le Pardon et la Réconciliation obtenus sur le sol de Toumodikro, il est certain qu’ils répondent à l’attente de tous, y compris tous ceux qui n’étaient pas à cette rencontre du 30 octobre 2022, en l’occurrence le chef du village de Toumodikro, Nanan KONAN N’guessan, ses conseillers spéciaux dont moi-même, ses notables, ainsi que la très grande majorité de la Population du village dont- les derniers desiderata n’ont pas été pris en compte par le comité de Médiation présidé par le Ministre Patrice KOUAMÉ, ancien Secrétaire Exécutif du Conseil de l’Entente. Il convient cependant de souligner que les actes que nous avons posés et les actions que nous avons menées discrètement au niveau de la chefferie du village de Toumodikro ont contribué à disposer depuis longtemps les esprits au Pardon et à la Réconciliation, relativement au conflit politico-communautaire des 30 octobre et 1er mai 2020.
Quant au conflit latent de chefferie et les querelles intestines qui minent le village de Toumodikro et divisent ses cadres depuis une dizaine d’années pratiquement, l’apport de tous les hommes épris d’objectivité, de vérité et de justice est nécessaire pour la recherche de solutions salutaires pour le village.
Quoi qu’il en soit, les mésententes entre des cadres de Toumodikro ne sauraient impacter négativement les relations de fraternité rétablies entre les allochtones et Allogènes originaires du Nord qu’un conflit relationnel et conjoncturel a opposé aux autochtones baoulé.
Quel ont été concrètement les actes posés et les actions menées par le chef du village Nanan KONAN N’guessan et ses Conseillers spéciaux qui ont pu aider à disposer les esprits au Pardon et à la réconciliation ? Pouvez-vous d’autre part nous donner quelques raisons fondamentales des querelles intestines qui minent le village Toumodikro et divisent ses cadres ?
Face à une razzia inédite et traumatisante que les populations de Toumodikro venaient de subir, avec des habitations incendiées ou détruites, des personnes brûlées vives dans leur maison, des blessés à l’arme à feu et à l’arme blanche, des hommes et femmes désemparées et meurtries, il fallait assez rapidement appeler au calme et à la retenue, rassembler les victimes et apaiser les esprits avec empathie.
C’est ce que le Préfet de Région, Préfet du département de Toumodi a décidé de faire dès le 15 novembre 2020, soit deux semaines après la survenue des évènements.
Malheureusement, pendant que le chef du village Nanan KONAN N’guessan, ses conseillers spéciaux et ses notables qui, malgré leur douleur et leur peine morale, appelaient à soutenir l’initiative du Préfet en mobilisant la population du village pour l’accueillir, d’autres personnes, pour des raisons qui leur étaient propres, œuvraient au boycott de cette rencontre pourtant salutaire, organisée à la place Gabriel TIACOH.
De même, le 25 novembre 2020, soit 10 jours après, le chef du village, ses proches et la population ont accueilli au même lieu les chefs des villages environnants et bien d’autres villages ayant des affinités particulières avec Toumodikro, venus apporter leur soutien moral et leur compassion.
Les échanges qui ont eu lieu ont permis d’avoir des orientations pour les dispositions pratiques à prendre en vue de la purification traditionnelle du village de Toumodikro.
Ce sont également le chef du village et ses conseillers qui ont bravé les réticences et menaces de tous ordres pour accueillir le Président du SENAT le vénérable AHOUSSOU Jeannot, absent du pays au moment des faits, venu visiter les sinistrés, les familles endeuillées et les populations de Toumodikro, accompagné de tous les Préfets de département de la Région du Bélier et de bien d’autres personnalités.
Il faut aussi noter que c’est suite à divers contacts et rencontres avec différentes entités, communautés et personnalités, notamment la communauté, Djimini/Tagbana, leurs Imans, des jeunes de Dioulakro, le Maire KONE Idrissa que, dans un souci de Paix et de vivre ensemble, j’ai indiqué la voix à suivre pour aboutir à la mobilisation des sages de Lomo Sud et de Ouaouakro, aux fins d’aboutir au Pardon et à la Réconciliation.
On peut tout compte fait retenir que les raisons fondamentales des querelles intestines qui minent le village de Toumodikro et divisent les cadres se résument en conflits relationnels, en conflits d’intérêts, en conflits de chefferie et en lutte pour la conservation d’une position dominante dans le village, une sorte de leadership au forceps.
Sept (07) acteurs sont donc en relief dans ces querelles intestines.
Il y a, d’une part, l’ancien Ministre ALLAH-KOUADIO Rémy qui est en conflit à la fois avec son neveu Arthur ALOCO, son cousin N’DRI KOUADIO Pierre Narcisse qu’il combat insidieusement en tout temps et en tout lieu et le chef du village Nanan KONAN N’guessan contre qui il manœuvre depuis une dizaine d’années pour son éviction, sans succès et avec moi-même qui paie le prix de mon soutien à Arthur ALOCO et au chef du village de Toumodikro.
Il y a, d’autre part, Messieurs Raphaël TIACOH et Thomas TIACOH qui, aiguillonnés par leur neveu l’ancien Ministre ALLAH-KOUADIO Rémy, sont en conflit avec moi-même, parce que je suis opposé depuis bientôt dix (10) ans à la destitution du chef du village Nanan KONAN N’guessan et leur fait ombrage pour cela.
Avec tout ce que je viens de dire, vous devinez aisément qui est en amont et en aval des querelles intestines à Toumodikro.
Comme je l’ai déjà dit, ces querelles intestines peuvent évidemment avoir des solutions, mais dans l’objectivé, la vérité historique et la justice.
Toutes les bonnes volontés qui remplissent ces critères sont donc les bienvenues.

Allassane Digbeu

Société

Quipux Afrique: Amadou Koné en immersion au centre d’appel gratuit 1302 et de gestion Intégrée Digital ( SSR-Côte d’Ivoire)

Published

on

Le ministre des Transports Amadou Koné était le mardi 7 février 2023 au siège ivoirien de la société Quipux Afrique pour s’imprégner, à la faveur de la première semaine nationale de la sécurité routière ( SSR), des capacités du centre d’assistance en ligne (1302) et la plateforme Digitale qui visent à renforcer la proximité de l’administration des transports avec les usagers.

Dans le cadre du déploiement de la stratégie nationale de la sécurité routière 2021-2025, le Ministère des Transports a mis à disposition un centre d’assistance pour informer, orienter et assister les usagers de la route dans les divers projets, démarches et procédures liés à l’administration des transports.
En visite le mardi 07 février 2023, à la faveur de la première semaine nationale de la sécurité routière, le Ministre des Transports Amadou KONE s’est dit satisfait et fier du dispositif d’assistance mis en place en vu de renforcer la proximité de l’administration des transports avec les usagers.

Présentation du centre 1302 et plateformes digitales de Quipux

Mis en place à la faveur de la mise en œuvre du projet de Système de Transports intelligent (STI), le Centre d’assistance du Ministère des transports assure un volume de 1300 appels journaliers et environ 100 requêtes sur les canaux sociaux (Facebook, WhatsApp, Instagram et télégramm) avec pour la majorité une recherche d’informations sur le permis à points, la vidéoverbalisation, la plateforme du CGI Digital et les démarches liées à l’obtention des documents du transport routier et des plaques d’immatriculation.
Ce centre d’assistance est composé d’un Call Center disposant d’un système développé pour prendre 30 appels simultanés. Mais également d’une plateforme WhatsApp (05 652 475 48) professionnelle qui intègrent de nombreux canaux sociaux pour prendre en compte les requêtes digitales des usagers jusqu’à satisfaction.

Le point de presse

Le point de presse qui a suivi la visite a été une énième occasion pour le ministre Amadou Koné d’exhorter tout le monde à s’approprier les recommandations du gouvernement en matière de sécurité routière.
«  La sécurité routière ne doit pas être l’affaire du seul gouvernement ou du ministre Amadou Koné. Plus de 1000 tués par an sur nos routes, cela doit nous interpeller tous » a-t-il martelé.
Enfin pour ceux qui souhaitent un report de 3 ans du permis de conduire à points, le premier responsable des transports en Côte d’Ivoire a été net :
« Il y a 1500 tués par an du fait des accidents de la route. Sur 3 ans, on aura 4500 tués. En tant que ministre des transporteurs mais aussi des transportés mon rôle est de trouver des solutions en toute responsabilité . C’est ce que nous faisons. Évidemment qu’à partir du 1er mars, on ne viendra pas verbaliser ou sanctionner les gens qui n’ont commis aucune infraction. Enfin, si on est chauffeur avec un permis de conduire, on devrait respecter et mettre en pratique ce qu’on a appris en matière du code de la route. Ce n’est pas nouveau de dire qu’il faut mettre la ceinture de sécurité ou marquer un arrêt lorsque le feu tricolore est au rouge ou encore réduire sa vitesse pour éviter les accidents » a-t-il conclu.

Amadou Koné sur life Radio

Notons que le même jour de mardi 7 février 2023, le ministre Amadou Koné était avant de se rendre chez Quipux, l’invité de l’émission « normal, pas normal » de Life Radio 107.7 FM.
Là aussi, il est revenu sur l’ensemble des mesures prises par le gouvernement et le ministère des transports en relation avec la stratégie nationale de sécurité routière.
Amadou Koné a insisté sur le dispositif de prise en charge des victimes d’accidents mis en place par son ministère non sans saluer le ministre de la santé et les médecins de Yamoussoukro et Toumodi pour leur professionnalisme après la survenue de l’accident du 5 janvier 2023 à Yamoussoukro et qui a permis d’amoindrir le nombre de tués.

Sarcom

Continue Reading

Société

Semaine de sécurité routière: le point de la 3e et 4e journée, 16.952 usagers sensibilisés et 2.288 véhicules verbalisés à Abidjan

Published

on

La forte mobilisation des forces de l’ordre et des acteurs du transport routier, le dimanche 5 et lundi 6 février 2023, le 3e et 4e jour de la semaine de la sécurité routière ( SSR) a permis de sensibiliser 16.952 usagers et verbaliser 2.288 véhicules pour la seule ville d’Abidjan.

En attendant le bilan global des activités menées dans le cadre de la semaine de la sécurité routière ( du 3 au 10 février 2023) , notamment la sensibilisation, les barrages intelligents et les équipages de nuit, force est de constater sur le terrain une montée en puissance des moyens humains et matériels engagés au fil des journées. Ce qui permet d’accroître le nombre de personnes sensibilisées mais également de réprimer tous ceux qui arrivaient par le passer à passer entre les mailles du filet.

Dimanche 5 février, 3e journée : La PSSR et les forces de l’ordre prennent d’assaut 6 communes d’Abidjan

Pour ses activités au 3e jour de la semaine de sécurité routière ( dimanche 5 février), la police spéciale de sécurité routière (PSSR) en collaboration avec la Direction régionale des transports Abidjan lagune, l’ OSER, la DGTTC, la Police Nationale et la Gendarmerie Nationale ont investi six (6) communes ( Abobo, Port-bouet, Yopougon, Adjamé, Cocody et Marcory) et déployé un (01) barrage intelligent à Port-bouet Gonzague ville.

Bilan de la 3e journée

La mobilisation le dimanche 5 février 2023, le 3e jour de la semaine de la sécurité routière ( SSR), de 4.551 forces de l’ordre, 154 véhicules et 205 motos sur 383 postes de contrôles a permis de sensibiliser pour la seule ville d’Abidjan 6.442 usagers, verbaliser 414 véhicules dont 122 ont été mis en fourrière et réaliser 48 alcootests dont 1 positif. Plus de 1325 flyers ont également été distribués.

Barrage intelligent

Le barrage intelligent a permis de faire 2167 détections dont 1578 pour excès de vitesse, 586 pour non port de la ceinture de sécurité et 03 pour circulation en sens inverse.
Il faut noter qu’à ce barrage intelligent 02 conducteurs ont été verbalisés par les terminaux famoco pour usage du téléphone au volant et surnombre de plus de 03 passagers. Les agents de contrôle ont pu faire 102 recouvrements pour excès de vitesse et non port de la ceinture.
Enfin un équipage de nuit a été engagé sur l’axe Abidjan-Akoupé par la PSSR en collaboration avec la Gendarmerie Nationale.

Lundi 6 février 2023, 4e jour de la semaine de sécurité routière

Selon le rapport compilé dans le district autonome d’Abidjan, ce sont pour cette 4e journée de sensibilisation, 5.923 agents des forces de l’ordre, 300 véhicules et 381 motos déployés pour 728 postes de contrôles.
Cette mobilisation a permis de sensibiliser 10.510 usagers et de verbaliser 1.874 véhicules dont 242 ont été mis en fourrière. 58 chauffeurs ont été soumis à l’alcootest dont zéro positif. Enfin 91 conducteurs ont été interpellés pour l’utilisation du téléphone au volant et 52 personnes pour excès de vitesse.

Continue Reading

Société

Côte d’Ivoire/ Recherche de la paix: la jeunesse ivoirienne invitée à s’inspirer du parcours de Félix Houphouët Boigny

Published

on

En prélude de la cérémonie de remise du prix Félix houphouet boigny/UNESCO pour la recherche de la paix, le secrétaire général de la Fondation qui porte son prestigieux nom, le professeur Jean Noël Loukou, a animé une conférence ce mardi 7 février 2023 sur le thème << Félix Houphouet Boigny, un modèle de paix pour les jeunes>> au sein de la fondation Félix houphouet boigny à Yamoussoukro.
Devant un public composé d’autorités locales de jeunes dont de nombreux élèves et étudiants.


le secrétaire général de la Fondation a retracé le parcours brillant de feu Félix houphouet boigny depuis sa naissance jusqu’à sa mort. « Félix houphouet boigny est le modèle parfait qui peut inspirer non seulement les Ivoiriens, et les jeunes africains en général, par sa vie, par son action politique historique, certes, mais aussi par les valeurs humaines et de paix qu’il a promues », a dit le conférencier. À »la nouvelle génération ».


le professeur Loukou a rappelé que  » Félix houphouet boigny est un modèle d’excellence, d’engagement politique et de paix », tout en les invitant « à s’inscrire dans cette dynamique et à suivre ce bon exemple ». Poursuivant, il a insisté sur »le
brillant parcours parsemé de moments forts et riches en émotions et actions de Félix houphouet boigny qui est le père fondateur de la nation ivoirienne »pour qui « la promotion de la paix et de la cohésion était au cœur de l’action politique ».

Miss seka

Continue Reading

Actualité