Connect with us

Société

Fin de Séminaire sur la répression des infractions commises en Mer : vol à main armée, piraterie maritime et trafics illicites (ISMI-ARSTM)

Published

on

La cérémonie de clôture du stage sur « L’EXERCICE DES POUVOIRS DE POLICE EN MER : CAS DE VOL A MAIN ARMEE, PIRATERIE MARITIME ET DES TRAFICS ILLICITES », organisée par l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI) de l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM) dans le cadre du Projet SWAIMS de la CEDEAO financé par l’Union Européenne s’est tenue le vendredi 25 novembre 2022 à l’ARSTM à Abidjan’ Yopougon . Ceci après deux mois de travaux depuis le 19 septembre 2022 en ligne et en présentiel.

Organisé à l’intention des officiers de police judiciaires des administrations ayant des compétences maritimes, le stage sur «l’exercice des pouvoirs de police en mer : le cas de vol à main armée, piraterie maritime et trafics illicites » vise à leur donner l’ensemble des techniques et rudiments nécessaires à une mise en œuvre efficace des missions de police en mer.
Chargé de la mise en œuvre concrète de l’enquête, l’Officier de Police Judiciaire (OPJ) constitue selon le Lt. Colonel ABE Aké Lazare directeur de l’ISMI, l’un des rouages indispensables de la procédure pénale. Il demeure, à ce titre, poursuit-il, l’un des principaux auxiliaires du Procureur.
« La spécificité des infractions commises en mer nécessite qu’il dispose de formation adéquate afin que les formes imposées aux divers actes d’enquête garantissent la régularité des opérations et de protéger les droits des mis en cause. En effet, depuis quelques décennies, l’espace maritime du golfe de Guinée, y compris les États de la CEDEAO et de la CEEAC, sont menacés par diverses activités illégales qui mettent en danger non seulement le développement économique de la région et les moyens de subsistance des communautés locales, mais aussi le commerce international. Les principales menaces dans la région sont les activités criminelles transnationales, telles que la piraterie, les vols à main armée contre les navires, le trafic d’armes, les prises d’otages et le terrorisme qui avec la menace djihadiste un est défi plus que d’actualité » a-t-il ajouté.

Lutter contre les prédateurs sans foi ni loi, qui écument nos océans à la recherche du gain facile.

«Le domaine maritime de la CEDEAO s’étend du nord du Sénégal, à la frontière de la Mauritanie, à la région du delta du Niger jusqu’à la frontière maritime du Nigeria. Il comprend l’océan Atlantique avec des extensions des voies navigables intérieures riches de leur diversité : fleuves, lagunes, lacs, îles, archipels, estuaires, deltas, marais et forêts de mangroves. Onze des quinze États membres de la CEDEAO ont un littoral de 2 868 milles nautiques. Cette zone, qui possède un écosystème de biodiversité diversifié, est une source essentielle d’activités socio-économiques telles que le transport, la pêche, l’aquaculture, l’exploitation minière, l’exploitation des hydrocarbures, l’art, le sport, les activités culturelles et le tourisme.

90% des échanges extérieures des Etats de la CEDEAO se déroulent par voie maritime. D’où l’importance stratégique de la mer et ses ressources pour le développement économique et social des Etats de la CEDEAO y compris les Etats de l’hinterland.
Malheureusement, cet espace maritime est devenu depuis plus d’une décennie la proie de grands prédateurs sans foi ni loi, qui écument nos océans à la recherche du gain facile » a regretté le Colonel DIENG Abdourahmane, chef de division sécurité régionale de la CEDEAO .

Le Projet SWAIMS

Le Projet SWAIMS « Appui à la Sécurité Maritime Intégrée de l’Afrique de l’Ouest » est né de la volonté de la CEDEAO à mettre en place sa Stratégie Maritime Intégrée en vue d’apporter des solutions à l’ensemble de ces menaces et surtout promouvoir le développement des économies maritimes des Etats de la région.

Une situation de piraterie en relative baisse dans les eaux du Golfe de Guinée.

Selon le Bureau Maritime international, la piraterie maritime et les vols à main armée ont atteint le niveau le plus bas enregistré depuis 1994. Le Bureau Maritime International attribue la baisse des incidents aux mesures vigoureuses prises par les autorités.
Une baisse significative des incidents a également été observée dans le golfe de Guinée, qui est passé de 81 incidents signalés en 2020 à 24 en 2021. La présence accrue de navires de la marine internationale et la coopération avec les autorités régionales ont eu un impact positif.
« Cependant, alors que les enlèvements en mer ont chuté de 55 % en 2021, le golfe de Guinée continue de comptabiliser tous les enlèvements dans le monde, avec 57 membres d’équipage capturés dans sept incidents distincts » souligne la délégation de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire.

Poursuivant, Madame Anne-Catherine Claude, chef du projet SWAIMS à la Délégation de l’Union Européenne a dit :
«Les kidnappings et les attaques fréquentes et récurrentes illustrent la nécessité d’agir ensemble pour renforcer les capacités nationales d’intervention afin de diminuer les attaques et trafics en tout genre.
Face à ce constat et dans un contexte qui ne cesse de se détériorer, l’Union Européenne apporte une assistance à plusieurs niveaux.
En premier lieux à travers le projet régional « SWAIMS : Appui à la Stratégie Maritime Intégrée de l’Afrique de l’Ouest », qui appuie l’ensemble des pays de la sous-région dans la lutte contre la criminalité maritime dans le golfe de Guinée, avec un accent particulier sur les réformes judiciaires concernant la piraterie et le brigandage.


Puis dans le cadre de la mise en œuvre du programme régional, nous avons choisi de cibler des initiatives nationales.
C’est dans ce cadre que nous avons octroyé une subvention d’1 milliard de FCFA à l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI) afin de mettre en œuvre le projet de Formation Maritime, qui nous réunit aujourd’hui ».

Enfin, ce projet de formation dénommé Projet FORMAR (Formation Maritime dans le cadre du projet SWAIMS) a été organisé en deux phases sur une période de deux mois. Chaque phase couvrant un mois :
La première phase consiste en une formation en ligne. Elle s’est tenue du 19 septembre au 14 octobre 2022 et a eu la participation de 30 personnes.
A l’issue de cette première phase, vingt-cinq (25) participants ont été sélectionnés sur la base de tests de connaissance pour prendre part à la formation en présentiel à l’ISMI au cours de la deuxième phase. Celle-ci s’est tenue à l’ARSTM/ISMI à Abidjan du 31 octobre au 25 novembre 2022.

Sercom ARSTM

Société

Quipux Afrique: Amadou Koné en immersion au centre d’appel gratuit 1302 et de gestion Intégrée Digital ( SSR-Côte d’Ivoire)

Published

on

Le ministre des Transports Amadou Koné était le mardi 7 février 2023 au siège ivoirien de la société Quipux Afrique pour s’imprégner, à la faveur de la première semaine nationale de la sécurité routière ( SSR), des capacités du centre d’assistance en ligne (1302) et la plateforme Digitale qui visent à renforcer la proximité de l’administration des transports avec les usagers.

Dans le cadre du déploiement de la stratégie nationale de la sécurité routière 2021-2025, le Ministère des Transports a mis à disposition un centre d’assistance pour informer, orienter et assister les usagers de la route dans les divers projets, démarches et procédures liés à l’administration des transports.
En visite le mardi 07 février 2023, à la faveur de la première semaine nationale de la sécurité routière, le Ministre des Transports Amadou KONE s’est dit satisfait et fier du dispositif d’assistance mis en place en vu de renforcer la proximité de l’administration des transports avec les usagers.

Présentation du centre 1302 et plateformes digitales de Quipux

Mis en place à la faveur de la mise en œuvre du projet de Système de Transports intelligent (STI), le Centre d’assistance du Ministère des transports assure un volume de 1300 appels journaliers et environ 100 requêtes sur les canaux sociaux (Facebook, WhatsApp, Instagram et télégramm) avec pour la majorité une recherche d’informations sur le permis à points, la vidéoverbalisation, la plateforme du CGI Digital et les démarches liées à l’obtention des documents du transport routier et des plaques d’immatriculation.
Ce centre d’assistance est composé d’un Call Center disposant d’un système développé pour prendre 30 appels simultanés. Mais également d’une plateforme WhatsApp (05 652 475 48) professionnelle qui intègrent de nombreux canaux sociaux pour prendre en compte les requêtes digitales des usagers jusqu’à satisfaction.

Le point de presse

Le point de presse qui a suivi la visite a été une énième occasion pour le ministre Amadou Koné d’exhorter tout le monde à s’approprier les recommandations du gouvernement en matière de sécurité routière.
«  La sécurité routière ne doit pas être l’affaire du seul gouvernement ou du ministre Amadou Koné. Plus de 1000 tués par an sur nos routes, cela doit nous interpeller tous » a-t-il martelé.
Enfin pour ceux qui souhaitent un report de 3 ans du permis de conduire à points, le premier responsable des transports en Côte d’Ivoire a été net :
« Il y a 1500 tués par an du fait des accidents de la route. Sur 3 ans, on aura 4500 tués. En tant que ministre des transporteurs mais aussi des transportés mon rôle est de trouver des solutions en toute responsabilité . C’est ce que nous faisons. Évidemment qu’à partir du 1er mars, on ne viendra pas verbaliser ou sanctionner les gens qui n’ont commis aucune infraction. Enfin, si on est chauffeur avec un permis de conduire, on devrait respecter et mettre en pratique ce qu’on a appris en matière du code de la route. Ce n’est pas nouveau de dire qu’il faut mettre la ceinture de sécurité ou marquer un arrêt lorsque le feu tricolore est au rouge ou encore réduire sa vitesse pour éviter les accidents » a-t-il conclu.

Amadou Koné sur life Radio

Notons que le même jour de mardi 7 février 2023, le ministre Amadou Koné était avant de se rendre chez Quipux, l’invité de l’émission « normal, pas normal » de Life Radio 107.7 FM.
Là aussi, il est revenu sur l’ensemble des mesures prises par le gouvernement et le ministère des transports en relation avec la stratégie nationale de sécurité routière.
Amadou Koné a insisté sur le dispositif de prise en charge des victimes d’accidents mis en place par son ministère non sans saluer le ministre de la santé et les médecins de Yamoussoukro et Toumodi pour leur professionnalisme après la survenue de l’accident du 5 janvier 2023 à Yamoussoukro et qui a permis d’amoindrir le nombre de tués.

Sarcom

Continue Reading

Société

Semaine de sécurité routière: le point de la 3e et 4e journée, 16.952 usagers sensibilisés et 2.288 véhicules verbalisés à Abidjan

Published

on

La forte mobilisation des forces de l’ordre et des acteurs du transport routier, le dimanche 5 et lundi 6 février 2023, le 3e et 4e jour de la semaine de la sécurité routière ( SSR) a permis de sensibiliser 16.952 usagers et verbaliser 2.288 véhicules pour la seule ville d’Abidjan.

En attendant le bilan global des activités menées dans le cadre de la semaine de la sécurité routière ( du 3 au 10 février 2023) , notamment la sensibilisation, les barrages intelligents et les équipages de nuit, force est de constater sur le terrain une montée en puissance des moyens humains et matériels engagés au fil des journées. Ce qui permet d’accroître le nombre de personnes sensibilisées mais également de réprimer tous ceux qui arrivaient par le passer à passer entre les mailles du filet.

Dimanche 5 février, 3e journée : La PSSR et les forces de l’ordre prennent d’assaut 6 communes d’Abidjan

Pour ses activités au 3e jour de la semaine de sécurité routière ( dimanche 5 février), la police spéciale de sécurité routière (PSSR) en collaboration avec la Direction régionale des transports Abidjan lagune, l’ OSER, la DGTTC, la Police Nationale et la Gendarmerie Nationale ont investi six (6) communes ( Abobo, Port-bouet, Yopougon, Adjamé, Cocody et Marcory) et déployé un (01) barrage intelligent à Port-bouet Gonzague ville.

Bilan de la 3e journée

La mobilisation le dimanche 5 février 2023, le 3e jour de la semaine de la sécurité routière ( SSR), de 4.551 forces de l’ordre, 154 véhicules et 205 motos sur 383 postes de contrôles a permis de sensibiliser pour la seule ville d’Abidjan 6.442 usagers, verbaliser 414 véhicules dont 122 ont été mis en fourrière et réaliser 48 alcootests dont 1 positif. Plus de 1325 flyers ont également été distribués.

Barrage intelligent

Le barrage intelligent a permis de faire 2167 détections dont 1578 pour excès de vitesse, 586 pour non port de la ceinture de sécurité et 03 pour circulation en sens inverse.
Il faut noter qu’à ce barrage intelligent 02 conducteurs ont été verbalisés par les terminaux famoco pour usage du téléphone au volant et surnombre de plus de 03 passagers. Les agents de contrôle ont pu faire 102 recouvrements pour excès de vitesse et non port de la ceinture.
Enfin un équipage de nuit a été engagé sur l’axe Abidjan-Akoupé par la PSSR en collaboration avec la Gendarmerie Nationale.

Lundi 6 février 2023, 4e jour de la semaine de sécurité routière

Selon le rapport compilé dans le district autonome d’Abidjan, ce sont pour cette 4e journée de sensibilisation, 5.923 agents des forces de l’ordre, 300 véhicules et 381 motos déployés pour 728 postes de contrôles.
Cette mobilisation a permis de sensibiliser 10.510 usagers et de verbaliser 1.874 véhicules dont 242 ont été mis en fourrière. 58 chauffeurs ont été soumis à l’alcootest dont zéro positif. Enfin 91 conducteurs ont été interpellés pour l’utilisation du téléphone au volant et 52 personnes pour excès de vitesse.

Continue Reading

Société

Côte d’Ivoire/ Recherche de la paix: la jeunesse ivoirienne invitée à s’inspirer du parcours de Félix Houphouët Boigny

Published

on

En prélude de la cérémonie de remise du prix Félix houphouet boigny/UNESCO pour la recherche de la paix, le secrétaire général de la Fondation qui porte son prestigieux nom, le professeur Jean Noël Loukou, a animé une conférence ce mardi 7 février 2023 sur le thème << Félix Houphouet Boigny, un modèle de paix pour les jeunes>> au sein de la fondation Félix houphouet boigny à Yamoussoukro.
Devant un public composé d’autorités locales de jeunes dont de nombreux élèves et étudiants.


le secrétaire général de la Fondation a retracé le parcours brillant de feu Félix houphouet boigny depuis sa naissance jusqu’à sa mort. « Félix houphouet boigny est le modèle parfait qui peut inspirer non seulement les Ivoiriens, et les jeunes africains en général, par sa vie, par son action politique historique, certes, mais aussi par les valeurs humaines et de paix qu’il a promues », a dit le conférencier. À »la nouvelle génération ».


le professeur Loukou a rappelé que  » Félix houphouet boigny est un modèle d’excellence, d’engagement politique et de paix », tout en les invitant « à s’inscrire dans cette dynamique et à suivre ce bon exemple ». Poursuivant, il a insisté sur »le
brillant parcours parsemé de moments forts et riches en émotions et actions de Félix houphouet boigny qui est le père fondateur de la nation ivoirienne »pour qui « la promotion de la paix et de la cohésion était au cœur de l’action politique ».

Miss seka

Continue Reading

Actualité