Connect with us

Société

21e AG de l’AFERA : 250 décisionnaires des Fonds d’entretien routier africains, venant de 35 pays présents à Abidjan, la déclaration de Bouaké sur la Sécurité Routière présentée

Published

on

La 21e Assemblée Générale Annuelle de l’association des fonds d’entretien routier africains ( AFERA) sur le thème « Vers un financement durable des fonds routiers, pour un meilleur entretien du réseau routier » s’est ouverte le lundi 13 mai 2024 au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire en présence du Premier Ministre Robert Beugré Mambé, ministre des sports et du Cadre de Vie, représentant le vice-président M. Tiémoko Meyliet KONÉ, haut patron de la cérémonie, du ministre gouverneur du district autonome d’Abidjan et de plusieurs membres du gouvernement. Invité à contribution, le ministère des transports a présenté les conclusions du lancement de la campagne mondiale des Nations Unies pour la sécurité routière tenu à Bouaké, les 02 et 03 mars 2024 dénommées, Déclaration de Bouaké.

Mobiliser encore plus de ressources, afin d’offrir aux populations et usagers, des routes sûres, fonctionnelles, durables et résilientes qui intègrent les changements climatiques. Tel est l’objectif de la 21e Assemblée Générale Annuelle de l’association des fonds d’entretien routier africains ( AFERA) qui se tient du 13 au 16 mai 2024 à Abidjan en Côte d’Ivoire.
Cadre d’échanges, de travail et de réflexion mais surtout de networking, cette rencontre qui mobilise plus de 250 décisionnaires des Fonds d’entretien routier africains, venant de 35 pays s’inscrit dans la dynamique de proposer des solutions au développement socioéconomique et à la connectivité de toutes les régions d’Afrique.

Déclaration de Bouaké sur la Sécurité Routière et la collecte, le traitement, l’analyse et la diffusion des données des accidents de la circulation routière 

Invité à la tribune des allocutions au cours de la cérémonie officielle d’ouverture de cette 21e Assemblée Générale Annuelle de l’association des fonds d’entretien routier africains, M. Étienne Kouakou, conseiller Technique du Ministre des Transports Amadou Koné, chargé de la coordination des actions de la sécurité routière a lu ce qu’il convient d’appeler la déclaration de Bouaké sur la Sécurité Routière.

De l’EXPOSE DES MOTIFS

Chaque année, le nombre stupéfiant d’accidents mortels liés à la circulation routière coûte la vie à 1,2 million de personnes et en laisse d’innombrables autres gravement blessées. Cette pandémie silencieuse touche principalement les pays à revenu faible et intermédiaire où se produisent plus de 90 % de ces incidents tragiques. Il est encore plus décourageant de constater que les accidents de la route sont la principale cause des décès chez les jeunes âgés de 5 à 29 ans, qui sont les plus touchés par cette crise.
En réponse à ce problème mondial urgent, l’Envoyé Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la sécurité routière, Monsieur Jean TODT, en collaboration avec JC Decaux, a procédé pour la zone Afrique, au lancement de la campagne mondiale des Nations Unies pour la sécurité routière à Bouaké, les 02 et 03 mars 2024.
Cette cérémonie, placée sous le parrainage du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Ministre des Sports et du Cadre de Vie, SEM Robert BEUGRE MAMBE, était couplée avec un panel sur la collecte des données des accidents de la circulation.
Elle a enregistré la participation de l’ensemble des parties prenantes engagées dans la lutte contre l’insécurité routière.
Le Ministère des Transports s’est pleinement engagé aux côtés de l’Organisation des Nations Unies, pour le lancement de cette campagne mondiale de sensibilisation à la sécurité routière à partir de la Côte d’Ivoire.
Au terme des activités qui ont meublé la cérémonie les participants ont fait la déclaration qui suit :

AU TITRE DE LA SENSIBILISATION A LA SECURITE ROUTIERE

Poursuivre et intensifier les semaines de sécurité routière sur toute l’étendue du territoire ;
Adopter des stratégies nationales de sécurité routière conformément aux objectifs de la décennie d’actions pour la sécurité routière 2021-2030 des Nations Unies ;
Mobiliser toutes les ressources humaines, matérielles et financières pour l’atteinte des objectifs de la décennie d’actions pour la sécurité routière 2021-2030 des Nations Unies ;
Intensifier le contrôle routier des engins à deux et trois roues relativement aux défauts d’immatriculation, de permis de conduire, de port du casque certifié aux normes des Nations Unies ;
Renforcer le contrôle routier de l’ensemble des usagers de la route ;
Renforcer les équipements routiers et la signalisation routière permanente ou temporaire ;
Veiller à la réalisation des enquêtes administratives des accidents de la circulation ;
Promouvoir le permis à point et le permis de conduire, y compris pour les véhicules à deux et trois roues ;
Renforcer le contrôle technique ;
Poursuivre le renouvellement et le rajeunissement du parc automobile ;
Assurer la couverture assurance pour tous les usagers de la route ;
Harmoniser les règles de sécurité routière et les efforts de lutte contre l’incivisme sur les routes au niveau sous régional ;
Renforcer la gouvernance de la sécurité routière ;
Ratifier la Charte Africaine sur la Sécurité Routière ;
Ratifier les 7 Conventions de base des Nations Unies ;
Développer des campagnes de sensibilisation à la sécurité routière, en particulier sur les facteurs risques que sont le non port de la ceinture de sécurité, le non port du casque aux normes des Nations Unies, la vitesse, la conduite sous influence, la conduite en état de fatigue ou sous influence, l’utilisation du téléphone par les usagers de la toute.

AU TITRE DE LA COLLECTE DES DONNEES DES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION ROUTIERE

Définir un cadre de collaboration de l’ensemble des parties prenantes, incluant l’Organisation Mondiale de la Santé, dans la collecte des données d’accident de la circulation routière ;
Instituer et organiser, à l’échelle nationale, un système d’information sur les accidents de la circulation routière intégrant toutes les parties prenantes ;
Veiller à la digitalisation de la collecte, du traitement et de la diffusion des données des accidents de la circulation routière ;
Renforcer les capacités opérationnelles de tous les acteurs du système de collecte des données des accidents de la circulation ;
Prendre en compte dans la collecte des données d’accident toutes les informations qui peuvent aider à la prise de décision notamment, les pays d’origine des véhicules impliqués.

En conclusion les participants invitent les Gouvernements des pays et les partenaires au développement à inscrire en priorité la campagne de sensibilisation à la sécurité routière et la collecte des données dans les différents programmes de développement.
Fait à Bouaké, le 03 mars 2024

Les thématiques de l’Assemblée générale

Enfin, avant les recommandations qui permettront aux différents gouvernements d’améliorer qualitativement les indicateurs de gestion des travaux de l’entretien du réseau routier, cette 21e Assemblée Générale Annuelle de l’AFERA sera marquée du 13 au 16 mai 2024 par des conférences et échanges, autour des thématiques suivantes :
Contribution du financement de l’Entretien routier dans la sécurité routière ; partenariat public privé dans la durabilité des fonds d’entretien routier en Afrique : leçons tirées et perspectives d’Amérique latine ; Diversification des sources de financement pour la durabilité des Fonds d’Entretien Routier en Afrique ; L’AFERA face aux défis du financement durable de l’Entretien Routier Africain ; Renforcement de l’autonomie financière : Optimisation des ressources et gestion efficace des Fonds d’Entretien Routier en Afrique ; L’impact du changement climatique ( ESG) sur les infrastructures routières et la viabilité financière ; Cadre juridique sur la durabilité de l’entretien routier et L’impact de e-mobilité sur le financement de l’entretien des routes.

Sercom Ministère des Transports

Société

Duékoué: Un poste de transformation et une ligne source du poste d’électricité Zagné visités

Published

on

La visite le lundi 27 mai 2024 du poste de transformation de l’électricité et de la ligne source du poste de Zagné a permis aux populations et aux leaders communautaires de Duékoué de se rendre compte de visu des efforts constants fournis par Côte d’Ivoire Énergies (CI-Énergies) de garantir la fourniture permanente de l’électricité d’ici peu, dans leurs foyers.

L’opération de charme de CI-Énergies a porté ses fruits car après les visites des différents travaux électriques en cours sur le réseau, les uns et les autres se sont résolus à cerner le bien-fondé des activités menées par les collaborateurs du Directeur Général Noumory Sidibé ey leurs partenaires sur l’axe Guessabo-Zagné.

Occasion saisie par le DG de CI-Énergies de faire des travaux réalisés par sa structure à Duékoué, sur instruction spéciale du Président de la République, SEM Alassane Ouattara.

« Dans le Guémon, sur 222 localités administratives dont 84 électrifiées en 50 ans, nous avons électrifié en 10 ans, 120 localités… Il ne reste que 18 localités non encore électrifiées sur lesquelles nous sommes en train de travailler… Conformément aux instructions du Président ADO, toutes les localités administratives seront électrifiées à 100%, avant fin 2025 » ; avait-il rassuré les populations locales.

La visite des travaux de construction d’un poste de transformation et d’une ligne issue du poste source de Zagné a permis à la population de la capitale du Guémon de cerner tout l’intérêt que le Président ADO accorde à leur bien-être socio-économique.

Notons que la lenteur par endroit des travaux, à en croire le DG de CI-Énergies, est due en partie à la réattribution du marché à une nouvelle entreprise et au retard lié à la réception du matériel fabriqué hors de la Côte d’Ivoire.

Ouncado Pierrot

Continue Reading

Société

Prolifération des barrages routiers : l’Observatoire de la fluidité des transporteurs alerte sur les défis de la facilitation du transport

Published

on

Lors d’une réunion à Daloa le 23 mai 2024, Konaté Siaka, représentant du projet Programme routier 8 (PR8) à l’Observatoire de la fluidité des transporteurs (OFT), a mis en lumière un problème majeur sur le corridor Bamako – Zantiébougou – Boundiali – San Pédro.

Contrairement aux 10 postes autorisés, une vérification récente a révélé l’existence de 53 barrages, engendrant des difficultés pour les usagers de la route et les acteurs économiques.

Cette annonce intervient dans le cadre d’une campagne de sensibilisation visant à informer les usagers de la route et les autorités sur les mesures facilitant le transport routier inter-États et la lutte contre la surcharge.

Konaté Siaka a souligné que ces nombreux barrages illégaux entraînent des retards et des tracasseries pour les acteurs du transport, impactant négativement les activités économiques.

Le mandataire du secrétaire général de l’OFT M. Abdoulaye Touré a également mentionné des plaintes reçues par le ministère des transports concernant les contrôles routiers excessifs sur ce corridor.

Il a rappelé l’importance du respect des textes régissant le transport routier en Côte d’Ivoire, notamment la circulaire interministérielle de 2011 autorisant seulement 10 postes sur le corridor PR8.

Cette situation, avec ses 12 postes de contrôle, 33 postes d’observation et 08 postes de sécurité non autorisés, génère des barrages anarchiques et des tracasseries.

Des recommandations ont été émises lors de la réunion, notamment le renforcement des capacités des forces de l’ordre en matière de contrôle routier et l’appel aux transporteurs à respecter la réglementation. Ces mesures visent à améliorer la fluidité des transports sur le corridor PR8, vital pour le développement économique intégré des pays de la région.

Le Projet Programme Routier 8 (PR8) de l’UEMOA relie la capitale malienne Bamako au port autonome de San Pedro en Côte d’Ivoire, soulignant l’importance stratégique de résoudre les défis de la fluidité des transports dans cette région.

Natacha kouakou

Continue Reading

Société

Women’s Hope 2.0 : Top Innovation forme 450 femmes aux métiers du numérique

Published

on

Mercredi 22 mai dernier, la salle des fêtes de la mairie de Daloa a vibré au lancement de la 5e édition du projet Women’s Hope 2.0, porté par Top Innovation (Top’INN).

Cette initiative ambitieuse vise à former 450 femmes et jeunes dans les domaines de la technologie, de la communication audiovisuelle et du design industriel à Abidjan, Bouaké et Daloa.

À Daloa, 150 femmes et jeunes filles se plongeront pendant un mois dans une formation intense aux métiers de spécialiste en développement numérique, réalisatrice audiovisuelle et décoratrice d’intérieur 3D. Le projet ne s’arrête pas à la formation.

Il offre également un suivi et un coaching personnalisé pendant un mois supplémentaire, assurant ainsi l’insertion et l’autonomisation des bénéficiaires.

Pour Romain Patrick Metoevi, responsable de Top’INN, Women’s Hope 2.0 contribue au développement de la Côte d’Ivoire en favorisant l’entrepreneuriat féminin et la création d’emplois.

Il souligne que ce projet offre aux femmes une vision claire de leurs carrières, développe leurs compétences et les prépare à intégrer le marché de l’emploi ou à entreprendre.

« Elles auront des connaissances très pratiques pour pouvoir se vendre sur le marché de l’emploi, elles pourront aussi entreprendre et elles pourront travailler leur employabilité pour celle qui sont encore étudiantes », avant de préciser que ce projet concerne les étudiantes ou diplômées en quête d’emploi, les femmes aux chômages ou celles qui veulent faire une reconversion.

Il a saisi l’occasion pour inviter les femmes à saisir cette opportunité pour pouvoir se former et développer leur carrière.

Niava Thierry, représentant la Fondation de la Société Générale, partenaire du projet, insiste sur l’importance d’acquérir des compétences et une autonomie pour les femmes. Il espère que cela stimulera la création d’activités lucratives.

« Nous attendons que cela puisse contribuer à relever véritablement le niveau de compétence des femmes afin quelles amorcent des activités génératrices de revenus », a-t-il insisté.

La conférence inaugurale animée par Morel Adje, secrétaire exécutif de Top Innovation, a souligné le potentiel du numérique et de l’entrepreneuriat pour briser les barrières et offrir un avenir prometteur aux femmes.

Notons que cette édition prendra fin par la remise d’une attestation de participation délivrée par l’Organisation.

Natacha kouakou

Continue Reading

Actualité