Connect with us

Politique

Man / L’ADRCI, dit niet au RHDP, contrairement à l’UDPCI, et veut présenter un candidat à la présidentielle de 2025.

Published

on

Les membres fondateurs et statutaires de l’Alliance pour la Démocratie et le Renouveau en Cote d’Ivoire ( ADRCI), du district des montagnes ont effectué une sortie médiatique pour exprimer leur indignation , ainsi que  » leur frustration suite au départ inexpliqué « ,  selon leur propre terme , du président Dr Tia André , ex-député-maire  de Man. 

A en croire , les responsables de ce parti,  centriste , créé en 2021 dans la cuvette des montagnes ,le départ de leur président au RHDP n’engage que lui seul,  et va à l’encontre des textes qui régissent cette formation politique.  » Une formation politique qui se veut démocratique , doit faire la promotion du pluralisme .Sinon à quoi bon l’existence d’ un parti politique si tous les partis doivent se fondre dans un autre . Qui doit imposer son idéologie par la suite. Cela semble incongrue .  » a fait remarquer , Mefamo Diomande , secrétaire exécutif national  , chargé de l’implantation .

A sa  suite, voici ce qu’a dit un membre statutaire de l’ARDCI, Alain Ploh, coordonnateur du Guemon : » Notre président , Dr Tia André , nous a tous planqué . Nous allons saisir le conseil de discipline , qui va aviser . Après cela nous irons , très bientôt en congrès extraordinaire pour élire un nouveau président qui sera candidat à l’action présidentielle de 2025. L’ADRCI aura bel et bien un candidat à cette présidentielle .  » 

Pour sa part , Edouard Droh, coordonnateur chargé du Guemon, s’est a répondu à la question concernant une éventuelle refonte de leur parti dans le RHDP, à l’image de leur président qui pourrait servir de courroie de transmission, pour ce deal .  » Nous ne sommes pas intéressés , ni de prêt ,ni de loin  , par une quelconque entrée au RHDP . Tous les militantes et militants ,  sommes pas attirés par le RHDP pour une raison ou pour une autre . Ceux qui l’ont fait , à l’image de l’UDPCI et ses responsables, y ont trouvé pour leur compte . Mais nous, rien ne nous intéresse dans ce parti . Nous voulons là démocratie , c’est le fondement de notre parti .  » s’est-il exprimé avant de lancer un appel aux frustrés  des autres partis politiques  . ». Nous appelons tous les frustrés  des autres partis politiques à ce rallier à nous . Notamment ceux de l’UDPCI , qui ne sont pas contents de voir leurs responsables jouer les seconds rôles au RHDP. » 

Propos soutenus par , une membre statutaire , Dèle Marie Thérese.  » Nous sommes pour la plupart des mécontents et des frustrés du  parti au pouvoir et d’autres formations politiques . A quoi bon faire un aller  retour? Notre combat n’aura plus de sens dans ce cas . Nous ne ferons plus de volte face . L’enjeu de la création de l’ADRCI,  c’est le présidence . » a- t-elle martelé .

Pour rappelle ,l’ADRCI est un parti politique créé en 2021, par des frustrés du RHDP , à la tête , l’ex-,député maire de Man, Dr Tia André , après son départ du parti présidentiel , pour des questions de trahison , comme il l’a fait entendre . Aujourd’hui , cette entité politique ne veut pas jouer les seconds rôles sur la scène politique nationale . A ce jour , l’ADRCI est représentée dans le district des montagnes , le centre ouest , le centre,  l’est et dans  tout le district d’Abidjan, à en croire Edouard Droh, coordonnateur chargé du Tonkpi .

AXEL GONKANOU.

Politique

Gagnoa/ Élections présidentielles 2025: Lia Bi Douayoua annonce la candidature de Laurent Gbagbo

Published

on

En prélude aux élections présidentielles de 2025, 30 délégations du Parti des Peuples Africains- Côte d’Ivoire ( PPA-CI) sillonnent les départements de la Côte d’Ivoire pour annoncer la candidature du président Laurent Gbagbo. Lia Bi Douayoua, vice-président du comité exécutif du PPA-CI a rencontré les militants de Gagnoa pour leur apporter l’information et se tenir prêts pour ces échéances électorales.

Le foyer polyvalent de la mairie de Gagnoa a servi de cadre ce lundi 10 juin 2024, pour rencontrer les militants du PPA-CI, pour annoncer la candidature du président Laurent Gbagbo aux élections présidentielles d’octobre 2025. Lia Bi Douayoua, chef de la délégation, par ailleurs vice-président du comité exécutif du PPA-CI a fait cette annonce devant un public venu massivement acquis à la cause du président du PPA-CI. Investi le 10 mai dernier comme candidat officiel du PPA -CI aux élections présidentielles, Laurent Gbagbo a mis en mission ses lieutenants à l’effet d’informer la population, singulièrement les militants de son parti de briguer à la magistrature suprême de la Côte d’Ivoire. Selon Lia Bi Douayoua, le choix porté à Laurent Gbagbo s’explique sur quatre faits à savoir ; son combat de la lutte contre l’injustice, la prospérité et la souveraineté de son pays, sa résilience et sa vision pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique. Il a aussi justifié le choix du candidat dont le projet de société dénommé la renaissance, s’étend sur 10 chantiers. Parmi ceux-ci, se trouve un point saillant qu’est la santé à travers l’assurance maladie universelle (AMU).  » En lieu et place des cotisations de 1000F qui s’effectuent présentement sous le régime RHDP, quand nous serons aux affaires, on va prélever de l’argent à la source pour le financement afin que chaque citoyen aie sa carte d’assurance maladie » a-t-il Indiqué. Dans le domaine de l’agriculture, les paysans qui sont de potentiels producteurs doivent eux-mêmes fixer le prix de leur produit et non une structure liée à l’Etat de Côte d’Ivoire.  » La décentralisation des 56 conseils généraux doivent revenir à leur place face aux conseils régionaux. Il faut que le développement soit partagé dans tous les départements du pays. En même temps qu’on develloppe Sinfra, on va le faire pour Tabou, Aboisso etc avec l’argent de l’État qu’on appelait auparavant le budget d’investissement et d’équipement. On le divise pour chaque département, en fonction de sa population et sa superficie, et on lui accorde un montant pour son développement. Il appartient au département de mettre en place les infrastructures.Mais cela a été tout supprimé au profit du conseil régional  » a renchéri Loua Bi Douayoua. L’envoyé du président Gbagbo n’a pas été tendre sur le fonctionnement du conseil régional. Les failles relevées se situent sur l’octroi des sommes allouées de l’Etat pour amorcer le développement de la région qui s’avère insuffisant.  » Je suis de la région de la Marahoué qui comporte aujourd’hui 7 départements. On leur donne 1 milliard de FCFA du budget d’investissement. Les responsables de cette institution prennent d’abord 250 millions pour rembourser la dette de l’ancienne équipe. Il reste 750 millions. À partir du mois de septembre, on leur prend d’autorité 25% de l’argent qui va dans une caisse dont on ignore depuis que les conseils régionaux existent. Il leur reste 500 millions pour 7 départements. Alors que quand j’étais président du conseil général de Sinfra, mon budget d’investissement était de 480 millions pour un déplacement. Quand Laurent Gbagbo reviendra au pouvoir, il va remettre les 456 départements en place » a-t-il fait savoir. La communalisation de la Côte d’Ivoire est aussi l’un des chantiers de son programme de gouvernement car selon le vice-président du comité exécutif du PPA-CI,  » les villages du pays seront rattachés aux communes  » Et de s’interroger sur le cas de Bayota dont la population est estimée à 59000 habitants, qui n’est pas érigé en commune pendant que « d’autres localités avec 45000 habitants ou bien 3000 habitants sont des communes, mieux des départements. C’est une injustice  » a-t-il soutenu. C’est pourquoi, il demande aux militants et responsables des différentes structures d’investir les hameaux afin de recenser les militants et les nouveaux majeurs ayant leur pièce d’identité à se faire inscrire sur la liste électorale qui doit  » être nettoyée dans toute sa forme ». Les questions de la non inscription de Laurent Gbagbo sur la liste électorale, et de la CEI ont été évoquées et Lia Bi Douayoua a tenu à rassurer les militants du PPA-CI de la résolution de ces aspects, une condition sinequanone pour la bonne marche de la démocratie en Côte d’Ivoire.

Désiré Kouassé

Continue Reading

Politique

Depuis Bouaké, le Président des jeunes du RHDP rassure : « la haute Direction du parti peut dormir tranquille. Nous les jeunes montons la garde »

Published

on

La jeunesse du parti présidentiel est plus que jamais mobilisée pour la victoire de leur candidat à l’élection présidentielle de 2025.

Ils l’ont réaffirmé le samedi dernier à Bouaké au cours d’un meeting où des milliers de jeunes militants se sont rassemblés pour réaffirmer leur soutien sans faille au chef de l’État.

Prenant la parole devant l’enthousiasme palpable de la foule, le premier responsable l’Union de la jeunesse du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (UJ-RHDP) , Koné Mamadou sans langue de bois a affirmé que la jeunesse du parti présidentiel ne restera pas en marge de cette victoire.

« Ils savent qu’aujourd’hui notre pouvoir est inattaquable sur tous les plans. Le pouvoir est inattaquable sur tous les plans que ce soit en termes d’infrastructures, que ce soit en termes d’éducation. Tous les domaines, aujourd’hui, connaissent un développement. Et c’est à travers tout ce bilan imbattable et inattaquable du président aujourd’hui que nous les jeunes du parti, nous devons rester mobilisés. Nous devons rester mobilisés pour garantir la victoire encore au RHDP en 2025 parce que c’est à travers cette victoire que nous allons nous épanouir. C’est à travers cette victoire que ceux qui sont jeunes aujourd’hui vont atteindre l’âge adulte et que ceux qui sont jeunes aujourd’hui vont pouvoir s’épanouir dans la société », a-t-il affirmé, rappelant que l’objectif de l’UJ-RHDP est d’enrôler un million de jeunes sur la liste électorale afin de garantir la victoire du RHDP dès le premier tour aux élections présidentielles de 2025

À cet effet, il a adressé un message de confiance à la haute direction de son parti.

« Il faut qu’à partir de Bouaké, nous les jeunes du RHDP, nous prenons l’engagement de nous dresser contre tout ce qui sera comme obstacle parce qu’aujourd’hui nous voyons un peu la mobilisation des uns et des autres, des voisins d’à côté. Ils ont déjà désigné un candidat qui lui-même n’est pas éligible parce qu’il n’est même pas inscrit sur la liste électorale. C’est de la provocation. Ce n’est rien d’autre que de la provocation parce qu’ils veulent encore questionner notre dévouement. Mais nous sommes là. Nous sommes déterminés. Ce que nous avons démontré en 2020, qu’ils sachent que nous les jeunes du RHDP, nous sommes toujours déterminés sur le terrain. Nous sommes le dernier rempart avant d’atteindre notre président », a-t-il insisté.

Et d’ajouter : « Nous sommes engagés pour la victoire du RHDP aux élections de 2025 dès le premier tour.
Notre candidat naturel, c’est le président Alassane Ouattara.
La haute Direction du parti qu’elle peut dormir tranquille. Elle peut travailler sur la stratégie et nous les jeunes, nous sommes déterminés à déplier la stratégie. Nous allons rester éveillés sur le terrain. Nous allons monter la garde à tour de rôle s’il le faut. Nous n’allons pas dormir. Personne ne va dormir jusqu’à la victoire finale en 2025 », a-t-il rassuré.

En outre, saluant les nombreuses actions de développement menées par le président Alassane Ouattara, soulignant les transformations visibles à Bouaké et dans d’autres régions du pays, il a affirmé que le candidat de la jeunesse du RHDP pour les élections présidentielles de 2025 demeure le Président Alassane Ouattara.

« Aujourd’hui quoi qu’on dise, à travers tout ce qui a été fait par le président de la République, à travers tout ce développement qui en train de se faire certains voudraient nous démontrer que rien n’a été fait. Ce qui est archi-faux. Ils sont jaloux de nous. Comme l’a dit hier le ministre Mamadou Touré, ils sont jaloux de nous. Mais, nous, jeunes du parti, nous l’avons dit hier nous le disons aujourd’hui encore. Le Président Alassane Ouattara est notre candidat. Qu’ils le veulent ou non, c’est notre candidat. Les gens sont libres de choisir leur candidat. Et nous les jeunes du RHDP, nous avons choisi notre président afin qu’il soit notre candidat pour 2025. Nous n’avons pas honte parce qu’à côté du président, il y a tous ces cadres valeureux qui l’accompagnent dans sa tâche de développement », a-t-il fait savoir.

Koné Mamadou n’a pas hésité à tacler l’opposition.

« Les gens ont géré ce pouvoir. Et ils ont géré comme des amateurs. Ils n’avaient pas un vrai sens de la gestion du pouvoir étatique. Et nous savons tous, les résultats aujourd’hui. Ils sont allés dans tous les sens. Ils sont jaloux. Mais au-delà de la jalousie, ils ont peur d’affronter notre champion aux élections en 2025. C’est en cela aujourd’hui qu’ils sont en train de tomber en transe. Ils ont peur d’affronter le Président Alassane Ouattara » , a-t-il relevé.

Enfin, il a donné rendez-vous à toute la jeunesse le 26 octobre 2024 au stade Félix Houphouët-Boigny le 26 octobre 2024.

« Nous allons montrer notre engagement, notre détermination à faire inscrire le maximum de nouveaux majeurs, c’est-à-dire 1 000 000 de jeunes sur la liste électorale pour permettre à notre parti de passer haut les mains sans faire d’effort », a-t-il dit.

Natacha kouakou

Continue Reading

Politique

L’AUTONOMISATION DES FEMMES EN POLITIQUE: Élise Amani(SGA Fpi) mobilise les femmes de Korhogo

Published

on

Le samedi 4 avril dernier, dans une ambiance fraternelle , la délégation du Front populaire ivoirien conduite par la Secrétaire Générale Adjointe (SGA) Elise Amani a été reçue avec enthousiasme par les 12 fédérales des sections OFFPI de Korhogo dans la région du Poro.

L’atmosphère chargée d’attentes s’est concrétisée en cette journée où la SGA et sa délégation ont été ovationnées et chaleureusement accueillies par plus de 300 femmes enthousiastes.
A l’occasion de cette journée historique, la SGA a partagé avec passion son message de l’autonomisation des femmes en politique au FPI, soulignant l’importance vitale de leur participation active dans les affaires publiques et de leur représentativité dans les assemblées électives. Les femmes de Korhogo ont exprimé avec ferveur leur soutien massif à sa candidature de la SGA Elise AMANI, témoignant ainsi de leur confiance et de leur engagement envers les idéaux du Front Populaire Ivoirien.

Cette rencontre a été bien plus qu’une simple réunion ; elle a renforcé les liens entre les militantes du Poro et le FPI, soulignant l’importance cruciale de l’unité et de la solidarité dans la réalisation d’un avenir meilleur pour tous. La délégation repart de Korhogo avec un sentiment de reconnaissance profonde et une détermination renouvelée, promettant de revenir bientôt pour concrétiser les promesses de campagne et travailler main dans la main avec les femmes de la région pour un changement positif et durable.
Au-delà des acclamations et des sourires, cette tournée a symbolisé la force et la résilience de l’engagement féminin, ainsi que la volonté inébranlable de transformer la société pour plus de justice, d’égalité des chances et de prospérité pour tous. La SGA Elise Amani et son équipe quittent Korhogo avec l’espoir d’un avenir radieux, bâti sur les valeurs fondamentales de paix, d’amour et de solidarité prônées par le Président Pascal Affi N’Guessan et avec la certitude que le message continuera de résonner et d’inspirer, bien au-delà des frontières de cette ville emblématique.

Sercom Elise Amani

Continue Reading

Actualité