Connect with us

Culture

Faits et méfaits: Un internaute raconte la vie de John Pololo.

John Pololo dit Sogbi Jonathan de son vrai nom Seri Gnadre Lazare est une figure emblématique du banditisme en Côte d’Ivoire.

Published

on

Arole Ketch, avatar ou personnage réel a choisi son angle sur les réseaux sociaux notamment face. Dans une des rubriques il a choisi relater la vie de deux gangsters et légendes populaires : ESSONO le camerounais et John POLOLO l’ivoirien.

Dans cette édition, nous vous livrons l’histoire de John Pololo.

John Pololo dit Sogbi Jonathan de son vrai nom Seri Gnadre Lazare est une figure emblématique du banditisme en Côte d’Ivoire. C’est l’un des plus célèbres gangsters qu’a connu la Côte d’ivoire. Il a sévi dans les rues abidjanaises durant les années 80-90. Il était doté d’un physique impressionnant et d’un charisme naturel.

Plusieurs légendes relatent ses exploits vrais ou supposés. John Pololo, c’est plusieurs personnages en un seul. C’est l’histoire d’un grand pratiquant d’arts martiaux, un très bon danseur qui va s’illustrer avec brio dans le grand banditisme. Il est le père du « Logobi », un genre musical qui signifie en nouchi « faire le malin » et qui a donné une danse codifiée par Pololo.

Pololo est considéré comme l’un des pères du Nouchi (forme d’argot ivoirien), tant il a enrichi ce parler. Il a créé plusieurs néologismes et a largement contribué à populariser ce parler populaire. En plus d’avoir vulgarisé le Nouchi, il a aussi vulgarisé une démarche et une manière de s’habiller. Plusieurs artistes africains lui doivent leur renommée.

John Pololo était un loubard, il était le boss des loubards et employait des « gros bras ». John Pololo adorait la castagne mais il avait surtout la tchatche. En plus d’être un redoutable guerrier, c’était un beau parleur. Très éloquent, il réussissait toujours à prendre l’ascendant psychologique sur son interlocuteur. Teigneux, il réussissait toujours à obtenir ce qu’il voulait et il ne reculait devant personne. Il adorait les combats de rue.

Pololo connaissait parfaitement le milieu carcéral pour y avoir séjourné à plusieurs reprises. Lors de leur passage en prison où ils avaient été transférés en raison de leurs activités au sein de la FESCI, des leaders estudiantins comme Guillaume Soro, Blé Goudé Charles ou Damana Pikass auraient été protégés en prison par John Pololo, celui-ci les aurait pris sous son aile.

Mais John Pololo ce n’était pas un ange, c’était un criminel notoire, un repris de justice. A son actif : braquages, extorsions de fonds, viols, meurtres etc.

C’était un tueur à gage. Il était chargé de l’exécution de sales besognes. Il a été chargé d’exécuter plusieurs grandes personnalités. C’était un mercenaire qui vendait très cher ses services aux hommes politiques. Ses services ont par exemple été utilisés par la Présidence ivoirienne pour casser les grèves et manifestations de l’opposition naissante. On parlait alors des vagabonds salariés.

On lui attribuait plusieurs pouvoirs mystiques. On le disait si coriace que même les balles ne pouvaient le tuer. Pololo a été abattu après le coup d’Etat de décembre 1999 contre Konan Bédié qui porte le général Robert Guei au pouvoir. Désireux d’assurer la sécurisation de la ville d’Abidjan, les putschistes mettent en place une nouvelle cellule appelée PC Crise dirigée par Boka Yapi. Ils vont dresser une liste de loubards à éliminer le plus vite possible.

La légende raconte que lorsque Pololo a été capturé par les militaires après une altercation dans la rue ; ceux-ci ont essayé de l’abattre mais sans succès, il n’a même pas été blessé. Ils ont donc été obligés de l’attacher à deux camions et de l’écarteler. Toujours est-il que Pololo a été sauvagement été torturé avant de rendre l’âme. C’était le 13 janvier 2000. Pololo détenait plusieurs secrets d’Etat sur de hautes personnalités.

Criminel sans pitié, il était capable de tuer de sang-froid. Malgré tout, il était très populaire chez les jeunes qui l’idolâtraient. C’était leur Rambo. Il était à la fois ange et démon. Il était capable d’être d’une gentillesse profonde mais aussi d’une cruauté indicible.

Toujours est-il qu’il a marqué toute une génération d’ivoiriens en bien comme en mal. Plus de 20 ans après sa mort, son nom continue de régner dans les rues d’Abidjan. Une rue d’Abidjzn siège de ses exploits porte son nom.

Le célèbre artiste ivoirien Dezy Champion a composé une chanson à sa mort pour lui rendre hommage.

NB : N’ayant pas la science infuse, je compte sur vous pour ajouter en commentaires les différentes informations et légendes que vous connaissez sur ces deux brigands.

Arol KETCH – 30.10.2020 avec la rédaction de infocentrale.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Côte-d’Ivoire: Le Réseau Ivoirien Anti Litige Foncier ’’FLAIR’’ sensibilise contre les conflits fonciers en Côte-d’Ivoire.

Published

on

Le Ivoirien Anti Litige Foncier « FLAIR » a convié ce samedi 26 novembre 2022, les autorités administratives, politiques et couturières du sud Comoé à la célébration de la journée de la paix et du développement dénommée JOURPAD.


En effet, cette journée de sensibilisation, la première du genre, s’est tenue à l’amphithéâtre OKOBLÉ de l’hôtel NSA de grand Bassam et placé sous le sceau de « comment éviter et régler un conflit foncier ».
Ce thème a été développer au cours d’une conférence animée par Jean-Louis Lobé, consultant juriste et diplômé en immobilier.


Laquelle conférence a permis à l’auditoire dont une centaine de têtes couronnées, de s’informer sur les rouages du domaine foncier urbain et celui également du foncier rural. En somme, il a relevé que l’absence d’actes de propriété est pour la plupart du temps, la cause des conflits fonciers.
À l’occasion, le président de ce réseau, Tchimou Bertrand a été investi avec son bureau sous la conduite de madame le préfet du département de Grand-Bassam, madame Nassou SIDIBÉ.


À en croire Tchimou Bertrand: «le FAIR à pour mission de lutter contre les litiges fonciers, d’accompagner toutes les actions de développement sur le titre foncier, organiser des séminaires de formation de tous les acteurs du foncier pour une bonne gestion des litiges fonciers et surtout de sensibiliser ces acteurs sur la bonne gestion des cas de litiges.» a-t-il déclaré.

Cette cérémonie a pris fin avec une remise de distinction aux autorités impliquées dans les questions de l’immobilier en Côte-d’Ivoire.

Georges Hervé Bagoh,

Continue Reading

Culture

Dagri Geneviève dévoile la grosse bactérie de la 9ème édition du Festival 24 h Reggae

Published

on

Le festival 24heures du Reggae est un festival qui s’est imposé dans la sphère du reggae en Côte d’Ivoire. Il sera à sa 9ème édition.


Jacqueville la cité balnéaire va vivre au rythme des vibrations du reggae du 9 au 11 décembre 2022. Cet événement ô combien important pour les adeptes de cette musique a été annoncé le vendredi 11 novembre 2022 à l’espace AZK live de Blokauss à Cocody. Selon la commissaire générale, Mme Dagri Geneviève, cette célébration de la musique reggae sera également l’occasion pour l’ONG N’KLO Bakan dont elle assure la présidence de souffler sa 10ème bougie. Trois jours qui s’annoncent époustouflants.

Le clou de cette édition sera une levée de fonds au cours d’un diner gala le 9 décembre. Ces fonds serviront à la réalisation d’un projet cher à l’ONG N’klobakan. ‘’ Nous avons acquis dans la ville de Jacqueville, un terrain de 2 hectares. Il servira à la construction d’un centre d’accueil et de formation professionnelle en faveur des enfants défavorisés et surtout ceux des rasta’’.

Ce projet explique-t-elle contribuera à l’éducation des enfants mais à n’en point douter permettra de lutter contre l’immigration clandestine. Les pensionnaires de ce centre dont la maquette a été présentée, recevront une formation de pointe dans les métiers de l’art pour leur permettre de se frayer un chemin dans la société. En outre Mme Dagri précise que ce projet dont le coût de réalisation est estimé à environ 3 milliards de francs Cfa devrait accueillir un peu plus de 1500 enfants.

Des artistes venus assister à la conférence
Le festival ‘’Les 24h du reggae’’, ouvrira aux artistes en herbe une lucarne pour se faire connaître aussi bien des mélomanes que des producteurs. Un jeu karaoké ‘’tente ta chance’’ leur est dédié et de nombreux lots sont prévus. Un concert géant est prévu avec la prestation d’artistes de renom pour faire voyager les festivaliers. ‘’Les 24h du reggae’’ sera le cadeau qui sera offert aux mélomanes en cette fin d’année.

Un représentant du ministère de la culture, M Groguhet Cyril était présent à cette conférence pour témoigner du soutien institutionnel. Cet évènement est également soutenu par le représentant de l’UNESCO en Côte d’Ivoire d’autant plus que le reggae est inscrit au patrimoine immatériel de l’institution.

Christ Kemondé

Continue Reading

Culture

Toumodi/Loukou Bakassa se prononce sur la musique tradi-moderne baoule

Published

on

Le samedi 5 novembre dernier, un concert dit de la cohesion etait programme au stade municipal de Toumodi. A l’affiche figuraient de grands noms de la musique tradi-moderne. Des l’entame de cette soiree artistique, une grande pluie a commence a tomber au point que les prestations des artistes n’etait plus possible. Le nombreux public qui etait venu danser et s’amuser etait decu de cet alea climatique. Les organisateurs n’ont pu que constater les degats. Il est juste de mentionner que le parrain de cette soiree artistique n’etait autre que Konan Loukou Edouard plus connu sous le pseudonyme de general Bakassa. Connu pour l’interet qu’il porte a la musique tradi-moderne baoule, le general Bakassa sejournait en Europe. Nous avons pu le joindre par whassap et il a profondement regrette l’anomalie climatique. Toutefois Bakassa grand mecene de la musique tradi-moderne baoule s’est prononce sur l’avenir de l’art musical baoule:  » Il faut reconnaitre que la musique moderne se porte bien et les talents ne manquent pas. C’est vrai que je suis souvent sollicite pour parrainer les activities musicales des artistes baoule. Cela veut dire clairement qu’ils organisent eux memes leurs sorties et moi je ne fais que les accompagner. Ils sont tous talentueux les uns que les autres mais chacun evolue dans son registre. Cependant je peux affirmer que l’avenir de la musique tradi-moderne baoule est rassurant. Moi je ne fais que partager avec mes freres et mes soeurs le peu que Dieu permet que je mange. J’encourage les artistes baoule a perseverer dans le travail car le meilleur est a venir . »

Allassane Digbeu

Continue Reading

Actualité