Connect with us

média

Bouaké : Les journalistes invités à s’approprier la carte d’identité de journaliste professionnel.

Published

on

La salle de réunion du siège de l’Unajcop-ci a servi de cadre pour l’entretien entre les journalistes de Bouaké avec Coulibaly Vamara, président de la commission paritaire d’attribution de la carte d’identités de journaliste professionnelel et  des professionnels de la communication de Côte d’Ivoire. Cette rencontre d’échanges et de partage d’informations sur le processus d’acquisition de la carte d’identité de journaliste professionnel et de professionnel de la communication a eu lieu, le jeudi 15 décembre 2022. À cet effet, le président Coulibaly Vamara a invité la trentaine de journaliste présent à s’approprier de cette carte qui permet de dépénaliser le journaliste dans l’exercice de son métier. Il a souligné que l’adhésion comme le renouvellement sont à10.000f CFA et que cette carte à plusieurs avantages tant au niveau professionnel et social et qu’il aura une session extraordinaire en juin 2024 pour ceux qui n’ont pas pû faire leur carte dans les délais.

Quant au président de l’Unajcop-ci, Ladji Abou Sanogo à, à travers des témoignages expliqué à l’hôte, la bonne foi des journalistes de Bouaké à s’approprier cette carte pour le rayonnement de la presse ivoirienne.

Prince koffi

média

Bouaké : une association de journalistes monte au créneau dans la lutte contre les fake news.

Published

on

afin de mettre à contribution les populations dans la lutte contre les fake news et les discours de haine sur les réseaux sociaux, le Réseau des Professionnels de la Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) a entamé une caravane de sensibilisation des usagers des réseaux sociaux dans plusieurs villages Can de la ville de Bouaké.

Cette caravane qui a permis de sensibiliser des milliers de jeunes et utilisateurs des réseaux sociaux sur l’utilisation saine des réseaux sociaux s’est déroulée, le dimanche 11 février 2024 au village Can du centre culturel Jacques Aka de Bouaké en présence des autorités locales. Cette sensibilisation de masse s’inscrit dans le cadre du projet implication des médias numériques pour une prévention active des conflits et des tensions (IMPACT) et ledit projet est financé par l’agence française de développement en collaboration avec l’Union européenne. À cette occasion, Suy Kahofi, formateur en fact checking au REPPRELCI a révélé que cette sensibilisation vise à protéger l’identité des internautes à travers une utilisation responsable des réseaux sociaux :« À travers cette action, nous voulons protèger l’identité des ivoiriens en ligne en veillant sur leur réputation. Ainsi, le REPPRELCI organise depuis une semaine une caravane de sensibilisation sur la désinformation et les fake news en cette période de coupe d’Afrique des nations (CAN) afin de toucher un maximum de personnes sur les dangers de la désinformation en ligne et sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, nous voulons une Can saine aussi bien en présentiel qu’en physique mais aussi sur les réseaux sociaux », a-t-il révélé. Poursuivant, il a prodigué des conseils aux internautes pour éviter d’être victime des vices des réseaux sociaux :«Évitez de partager, commenter ou liker
les mauvaises informations sur les réseaux sociaux, bannissez les propos de haines afin d’éviter d’entraîner des discordes entre des communautés. Il faut que les populations ivoirienne utilisent sainement les réseaux sociaux », a-t-il prodigué. Pour conclure, Suy Kahofi s’est dit satisfait du déroulement de la campagne de sensibilisation :« Nous sommes satisfaits de l’engouement que nous constatons à chaque étape de notre caravane. Plusieurs personnes sont sensibles à cette sensibilisation et nous sommes sûr que nous sommes entrain de contribuer à la création d’une jeunesse saine et responsable sur les réseaux sociaux », s’est-il félicité.

Ayant participé à cette caravane, Yao Richmond a salué cette initiative du REPPRELCI visant à les aider à mieux se protéger sur les réseaux sociaux. Pour lui, il ignorait que commenter, liker ou partager des fausses informations sur les réseaux sociaux peut conduire à des peines d’emprisonnement.

Stéphane Kouakou

Continue Reading

média

Kenya/ Gestion de conflits dans les médias: La Côte d’Ivoire apporte sa contribution

Published

on

Nairobi, Kenya – Du 12 au 18 novembre 2023, « The Aga Khan University » à Nairobi a accueilli un séminaire de formation sur la gestion des conflits dans les médias, réunissant des journalistes, des managers et des éditeurs de 12 pays d’Afrique Subsaharienne.

Cet événement, organisé par Konrad Adenauer Stiftung (KAS) Media Sub-saharian Africa Program en collaboration avec « The Aga Khan University », a rassemblé des experts et des professionnels des médias dans le but de renforcer les compétences en matière de gestion des conflits dans le domaine journalistique.

Cette 2 ème édition a été lancée en août 2023, avec un appel à candidature ouvert aux journalistes, aux managers et aux éditeurs des médias de l’Afrique Subsaharienne. Parmi les 78 candidats qui ont postulé, 15 ont été sélectionnés, provenant de 11 pays anglophones et un pays francophone; la Côte d’Ivoire. Cela fait de la Côte d’Ivoire le seul pays francophone représenté à cette rencontre de haut niveau.

M. François M’BRA II, journaliste consultant formateur, a obtenu le ticket pour représenter la Côte d’Ivoire lors de ce séminaire après délibération du jury. Fort de son expérience dans le domaine des médias et de sa connaissance des enjeux de gestion des conflits, M. M’BRA II a apporté une contribution précieuse à cette formation.

Le séminaire a abordé divers sujets liés à la gestion des conflits dans les médias, tels que l’éthique journalistique, la couverture équilibrée des événements sensibles, la résolution pacifique des différends et la promotion du dialogue. Les participants ont également eu l’occasion d’échanger des bonnes pratiques et d’apprendre les uns des autres, en tirant parti de la diversité des expériences et des perspectives représentées.

Pour le représentant de la Côte d’Ivoire, cette formation sur la gestion des conflits dans les médias revêt une importance capitale : << Dans une société en constante évolution, il est essentiel que les journalistes soient capables de traiter les conflits de manière constructive et de contribuer à la résolution pacifique des différends. Cette formation nous a fourni des outils pratiques et des stratégies efficaces pour relever ces défis dans nos pays respectifs.>> a déclaré François M’BRA II, lors de la cérémonie de graduation.

Les participants dans le ensemble ont salué engagement de Konrad Adenauer Stiftung ( KAS) Media Sub-saharian Africa Program, dans le renforcement des capacités des professionnels des médias en Afrique Subsaharienne. En favorisant les échanges et la collaboration entre les pays anglophones et francophones, cette initiative contribue à promouvoir une approche transfrontalière de la gestion des conflits dans les médias.

La participation de la Côte d’Ivoire à ce séminaire de haut niveau a également été saluée. En tant que seul pays francophone représenté, la Côte d’Ivoire a démontré son engagement envers le développement des compétences journalistiques et son ouverture à la coopération régionale.

Konrad Adenauer Stiftung (KAS) est une fondation politique allemande qui soutient activement le renforcement de la démocratie et de l’État de droit dans le monde entier. Grâce à son programme Media Sub-saharian Africa, la fondation vise à renforcer les médias indépendants et pluralistes en Afrique Subsaharienne, en leur fournissant des ressources, des formations et des opportunités d’échanges.

Le séminaire de formation sur la gestion des conflits dans les médias au Kenya a été une occasion précieuse pour les participants de partager leurs connaissances, leurs expériences et leurs bonnes pratiques. Ces échanges contribueront à améliorer la qualité du journalisme et à promouvoir un rôle constructif des médias dans la résolution des conflits en Afrique Subsaharienne.
Les participants ont exprimé leur gratitude envers Konrad Adenauer Stiftung (KAS) pour cette opportunité de formation. Soulignant l’importance de promouvoir un journalisme responsable et éthique qui favorise la compréhension mutuelle, le dialogue et la paix, ils ont promis mettre en pratique les connaissances acquises au cours de cette formation.

<< Cette formation est d’une importance capitale pour nous journalistes, managers et éditeurs des medias.Les compétences acquises nous permettront de faire face aux défis actuels du paysage médiatique. Nous nous engageons à promouvoir une couverture équilibrée et éthique des événements sensibles, tout en favorisant la résolution pacifique des différends. La collaboration avec d’autres journalistes des pays représentés lors de la formation favorisera une approche transfrontalière de la gestion des conflits médiatiques en Afrique Subsaharienne. Nous sommes reconnaissant envers Konrad Adenauer Stiftung (KAS) et les organisateurs de la formation pour cette opportunité précieuse >> a indiqué

Pour le Directeur de Konrad Adenauer Stiftung ( KAS) media Africa Sub-saharian Africa Program, le professionnalisme et un bon leadership sont les clefs pour réduire les conflits dans les rédactions.

<< Il faut faire preuve d’un professionnalisme exemplaire et mettre en pratique les connaissances acquises pour réduire les conflits dans nos rédactions. Traitez vos collègues avec respect et écoutez activement leurs opinions. Utilisez les stratégies de résolution de conflits apprises lors du séminaire et favorisez la collaboration pour trouver des solutions mutuellement bénéfiques. Nous sommes toujours disponible à vos apporter notre appui pour créer un environnement professionnel harmonieux, propice au développement de nos communauté >> a exhorté Hendrick Sittig, Directeur Media Programme Sub-saharian Africa

Le journalisme en Afrique Subsaharienne continue d’évoluer et de jouer un rôle essentiel dans la construction de sociétés plus pacifiques et démocratiques. KAS Media Sub-saharian Programme, par la qualité de ses programmes confirme son engagement au coté des journalistes pour une sociéte plus démocratique.

Continue Reading

média

10ème édition à Abidjan (Côte d’Ivoire)

Published

on

Les lauréats de la
« Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon » 2023 :
Joseph KAHONGO, lauréat journaliste

(République démocratique du Congo)
Ange Joël AGBLA, lauréat technicien
(Bénin)

Dix ans jour pour jour après l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, à Kidal dans le Nord du Mali, RFI a attribué ce jeudi 2 novembre en Côte d’Ivoire la dixième bourse portant leurs noms, créée en 2014 par France Médias Monde, à Joseph Kahongo, journaliste congolais (RDC) à Malaika radio et télévision, et à Ange Joël Agbla, technicien à Radio Univers (Bénin). Ils bénéficient d’une formation de 4 semaines à Paris, entièrement prise en charge, au cours du premier trimestre 2024*. Les noms des deux lauréats ont été annoncés aujourd’hui au cours de la cérémonie de remise des prix qui s’est tenue à Abidjan.

Cette dixième édition de la Bourse ouverte, aux 25 pays d’Afrique francophone*, était organisée cette année en Côte d’Ivoire. Plus de 330 candidatures avaient été reçues cette année, et 20 jeunes professionnels sélectionnés (10 techniciens de reportage et 10 journalistes) venant de 12 pays. Tous ont bénéficié d’une formation dans les locaux de la RTI (Radiodiffusion Television ivoirienne), partenaire de cette édition, dispensée pendant deux semaines par Rachel Locatelli, responsable de la formation à RFI, et Muriel Pomponne, journaliste à RFI et rédactrice en chef des langues étrangères.

A l’issue de la formation, il a été demandé aux candidats journalistes de réaliser un reportage sur le thème « Dialogue et tolérance » tandis que les candidats techniciens ont préparé un sujet autour des activités économiques en Côte d’Ivoire.

Les lauréats ont été désignés à l’unanimité du jury :

Joseph KAHONGO, 27 ans, originaire de République démocratique du Congo (RDC), est titulaire d’une licence en journalisme de la Faculté des Lettres et Sciences Humanises de l’Université de Lubumbashi. Il est actuellement journaliste, présentateur et reporter à Malaika radio et télévision, à Lubumbashi. Il a réalisé un reportage sur la consommation de « cocktails Kadhafi », un mélange d’alcool et médicaments, et sur les conséquences de cette pratique. Le jury a salué « une belle progression dans le reportage, un très bon mixage ainsi que la sensibilité et la rigueur professionnelle du travail de l’auteur. Ce sujet, qui fait des ravages, est porteur d’espoir en conduisant l’auditeur dans les centres de soin et auprès des patients qui se sont guéris ».

Ange Joël AGBLA 23 ans, originaire du Bénin, a réalisé plusieurs formations techniques à l’Université d’Abomey-Calavi, à CFH Production, ou encore à l’ORTB. Il est actuellement technicien à Radio Univers à Abomey-Calavi. Son reportage « tout sonore » emmène les auditeurs à la découverte d’un élevage de poulets et des conditions de travail de ses employés. Le jury a salué « la qualité du mixage et des sons d’ambiance qui plongent l’auditeur au cœur d’un élevage, ainsi que le professionnalisme et la sensibilité du travail ».

MS

Continue Reading

Actualité