Connect with us

Politique

Côte d’Ivoire : << Gbagbo ne peut pas réconcilier les ivoiriens>>, André Sia, député Fpi

Published

on


Dans un point presse le vendredi 13 Août 2021, l’honorable Sia André, député FPI, de la circonscription de Man-sous-prefecture-Sangouiné-Podiagouiné, s’est prononcé sur la crise qui secoue son parti politique ces derniers jours-ci.


D’entrée de jeu, il a reconnu que :<< le FPI va mal. Il va mal si bien que nous craingnons, pour son avenir. >> Sans oublier, que Sia André, par ailleurs vice président du FPI, chargé du Tonkpi a regretté que l’arrivée du président Laurant Gbagbo de Haye, ne règle pas les choses, comme tous l’attendaient. << Nous pensons que le Camarade Laurent Gbagbo, allait se conformer aux textes du parti. C’est avec regret qu’il les a contourné.>> a-t-il confié. Avant de poursuivre :<< Nous avons pensé qu’il procédera au dialogue en vue de l’entente et de l’unité du parti , comme lui-même il l’a toujours préconisé.

Mais on a remarqué qu’il veut faire du FPI sa chose personnelle, alors qu’il existe bel et bien des textes. C’est un comportement antidémocratique.>>
Autant de faits qui accentuent la fracture au sein des frontistes. Cette famille politique qui se retrouve avec deux leaders, à cause des divergences de vision de leur deux cadres. D’un côté Pascal Affi N’guessan, qui reçoit toutes les prérogatives de diriger le FPI. Il a ainsi le siège du parti et est légalement reconnu par l’État, comme le dirigeant légal du FPI. De l’autre côté, l’ancien président de la République de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, par ailleurs le tout premier président du FPI, qui veut créer un autre parti.


Une telle situation engendre forcement des interrogations. Affi parviendra-t-il à tenir les rennes du FPI jusqu’à la magistrature suprême ? Avec quels militants ? Quant à Laurent Gbagbo, quel avenir pour ce parti qu’il veut créer au seuil de des 80 ans.?
En réponse à la dernière question , le député FPI de Man sous-préfecture a dit ceci :<< Gbagbo court droit vers le mur. Avec tous ceux qui le suivent aveuglément. C’est regrettable, l’autocratie que nous avons combattu, se retrouve à travers notre camarade Laurent. »
Concernant le président Affi, et son ambition de diriger le <<parti de la rose>>,ce sera un défi qui sera relevé avec les cadres restés fidèles à lui. Notamment lui le député de Man sous-préfecture qui a été plébiscité au soir du 06 Mars passé avec plus de 60%.


L’honorable Sia, a répondu à d’autres préoccupations des hommes des médias. Parmi lesquelles cesb<< allégations infondées>> ,qui font état de son ralliement à l’UDPCI.<<À un certain moment je reconnais, qu’il y a eu des accords pour aller à certaines échéances électorales. Après ça s’arrête à ce niveau. Je n’ai jamais viré à l’UDPCI.>>a-t-il recadré. 
La sujet de réconciliation nationale, a été abordé. A en croire, le vice président du FPI, <<Laurent Gbagbo ne peut pas reconcilier les ivoiriens. S’il ne peut pas reconcilier sa famille politique, ainsi que sa petite famille, ce n’est pas les ivoiriens qu’il peut reconcilier. Comme quoi, les démarches du pouvoir à l’associer au processus de paix, va aboutir difficilement avec lui.>>


Axel,  à Man.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Côte d’Ivoire : Toumodi-Akakro-N’Zikpri/René Brou prône la cohésion sociale par le sport et invite le peuple N’Zikpri à soutenir le président Alassane Ouattara

Published

on

a.Le samedi 18 septembre dernier, tout le canton N’Zikpri s’est retrouvé à Akakro-N’Zikpri village situé au nord de Toumodi sur l’ancienne route de Yamoussoukro. En effet, un événement de taille y avait réuni toutes les forces vives du canton N’Zikpri, à savoir la finale du tournoi de Maracana doté du trophée René Brou.

A cette occasion, plusieurs personnalités politiques ont fait le déplacement : le docteur René Brou lui-même premier vice-président du conseil régional du Bélier, les maires de Tiebissou et de Kouassi-Kouassikro, le représentant de la ministre gouverneur Raymonde Goudou et de nombreux élus cadres de la région du Bélier. Les chefs traditionnels des différents villages qui forment le canton N’Zikpri, les jeunes et des délégations venues en grand nombre des villages voisins étaient présents. La finale de ce tournoi de Maracana opposait les équipes de Kadiokro et Kouamebonou.

C’est finalement le dernier village qui l’a emporté aux tirs au buts par le score de 4 à 3. Les artistes locaux ont fait des prestations pour assurer l’atmosphère festive. Au sortir de cette finale, le donateur le docteur René Brou se prêtant aux questions des journalistes a fait la déclaration suivante :  » La crise sociopolitique du 19 septembre 2002 et la crise post-électorale de 2010 ont entraîné beaucoup de destructions et pertes en vie humaine. Toutes choses qui ont contribué à la dislocation du tissu social. Il faut dire que la Côte d’Ivoire, relativement à ces tristes épisodes, a besoin de paix, de cohésion pour un meilleur développement.

Aussi quand les jeunes du canton N’Zikpri ont-ils approché le représentant local du RHDP afin qu’il me sollicite pour parrainer le tournoi de Maracana dont la finale vient d’être jouée, j’ai répondu favorablement à la requête de mes jeunes frères en y associant le thème suivant :  » Cohésion sociale, vivre ensemble dans la paix et soutenir la politique du président Alassane Ouattara. A la mi-temps de la finale, je m’étais adressé à mes parents N’Zikpri en leur demandant de soutenir le président Alassane Ouattara et son gouvernement, mieux de militer au RHDP comme moi depuis janvier 2021. En effet, le président de la République a besoin de paix et de cohésion en Côte d’Ivoire pour dérouler sa vision pour le pays c’est à dire le développement.

En réalité, qu’est-ce qu’on gagne avec Alassane Ouattara. On gagne avec lui les routes, les écoles, les ponts, les CHU, les stades, les universités, les châteaux d’eau et les logements sociaux pour ne citer que ceux là. Je profite pour dire que le gouvernement a décidé de construire une voie bitumée de Toumodi à Angoda. La pose de la première pierre a déjà été faite par le ministre des infrastructures et des routes Amédée Koffi Kouakou. Cette voie sera certainement prolongée jusqu’à Attiegouakro. Si l’on travaille dans le sens de la cohésion sociale, dans le sens de la paix et du vivre ensemble, c’est à dire en soutenant le président Alassane Ouattara, je serai à l’aise pour demander aux gouvernants de bitumer le tronçon de route Kadjokro à la jonction de la nouvelle voie ( Toumodi-Angoda-Attiegouakro). La balle est dans le camp de mes parents. Pour finir, j’invite tous les N’Zikpri à adhérer pleinement au RHDP.  »

DO

Continue Reading

Politique

Toumodi/Le ministère Konan Kouadio Bertin sensibilise à la culture de la paix.

Le ministère en charge de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale sensibilise à la culture de la paix, du vivre Ensemble et initie une formation à la mise en place des activités génératrices de revenus

Published

on


Le samedi 04 septembre dernier, la salle de mariage de la mairie de Toumodi a servi de cadre à un atelier de sensibilisation à la culture de la paix, du vivre ensemble et de formation à la mise en place des activités génératrices de revenus (AGR) communautaires.

L’initiateur de ces assises est le ministère en charge de la réconciliation et de la cohésion nationale dont la délégation était dirigée par le Professeur Amoa Urbain représentant le ministre Konan Kouadio Bertin. L’objet de la présence de cette entité à Toumodi est de sensibiliser les communautés à la culture du vivre ensemble, renforcer la compréhension des participants sur la notion des AGR communautaires et désigner le point focal pour la collecte des projets à financer. C’est pourquoi, Amoa Urbain pouvait dire concernant ce dernier point que pour choisir une personne en situation de management, il faudra au moins 3 puissances. La première relève de l’autorité personnelle quand la seconde désigne la puissance de la connaissance.

Photo d’ensemble avec les participants avec le ministre KKB

La 3ème selon lui est inhérente à la puissance institutionnelle. Pour Amoa Urbain, il espère que la personne désignée par le préfet de région Gueu Patrice comme point focal saura se montrer à la hauteur de sa mission. Pour finir il a insisté sur un certain nombre de paramètres qu’il faut retenir au sortir de cet atelier entre autres dire ce que l’on doit dire avec élégance, sans choquer son interlocuteur, en employant les expressions clés suivantes  » s »il vous plait, excusez moi, je vous remercie, pardon « .  » Il faut opposer la douceur, la non violence à la violence. Concernant les libertés abusives des élèves, il faut les occuper avec les travaux manuels comme à la vieille époque et aussi respecter les valeurs traditionnelles. » Les responsables de jeunesse et des femmes ont soutenu que la cohésion sociale à Toumodi est relative et que la sensibilisation suit son cours. Le directeur de la cohésion sociale Séka Michel a affirmé:  » La cohésion sociale, c’est une société dans laquelle les membres entretiennent des relations de bon voisinage et partagent le sentiment d’appartenir à une même nation.

Il faut accepter l’autre et ne surtout pas le rejeter. Il faut participer de façon constructive à la vie sociale. Il faut respecter les responsables communautaires, politiques et administratifs. Il faut vivre ensemble avec nos différences, c’est cela la tolérance… » Pour ce qui est des projets, le directeur général du Programme National de Cohésion Sociale Kouassi Arsène a indiqué qu’il était question pour la délégation d’expliquer le programme. Il a affirmé que c’est le point focal qui va leur soumettre les différents projets et il leur appartiendra de négocier avec les bailleurs de fonds pour avoir les financements pour la réalisation desdits projets. »
                                                                                                                                                                                                                                                                                                          DO

Continue Reading

Politique

District des montagnes/ Après deux mois, les chefs continuent de légitimer la nomination de Dr Albert Flindé

Published

on

Plus de 60 jours après la nomination de Dr Albert Flindé, comme ministre  gouverneur du district autonome des montagnes, les chefs des trois régions de ce district, n’ont jusqu’à ce jour, cessé de rendre hommage au président de la République Alassane Ouattara.Le chef de l’État qui a su choisir parmi les cadres de l’ouest, la personnalité indiquée pour être à ce poste stratégique.  
Il faut dire que la toute première fois où les chefs ont exprimé leur joie pour le choix de l’ex ministre de l’intégration Africaine et des ivoiriens de l’extérieur, c’était lors de sa présentation à tous les chefs du district des montagnes, le 24 juillet 2021. Le porte-parole dès chefs, le patriarche Yaké, membre de la notabilité de Bogouiné ( sous-préfecture de Man), n’a pas tari d’éloges à l’endroit de , l’honorable Flindé, celui qu’ils appellent  » un fils exemplaires. » 
C’était aussi pour les garants de la tradition, l’occasion d’exprimer leur reconnaissance, envers le président de la République.  » Comment peut-on signifier notre reconnaissance au chef de l’État, quand on sait qu’il ne s’est pas trompé de personne pour cette mission  » a fait savoir le patriarche Yaké, au nom de tous les chefs du district réunis en la résidence du Gloudeuh Gué Pascal.

Un autre élément pour justifier le choix légitime d’ADO, vient du discours, du Gouverneur du district lui-même. En effet, dans son tout premier discours, il a révélé que sa nomination est liée aux bons rapports, qu’il entretient avec les chefs du Tonkpi. Notamment avec son oncle, le Gloudeuh Dan 1er . Le président de la chambre régionale des rois et chefs traditionnels du Tonkpi, et membre du directoire de la chambre nationale des rois et chefs traditionnels.  » Mon oncle, le Gloudeuh Gué Pascal ,a concouru à ma nomination, je lui suis reconnaissant. » a-t-il avoué. 
Faut-il comprendre que tout juste apres cette cérémonie, le nouveau ministre gouverneur a invité tous les chefs du Guémon et du Cavally,  à partager avec lui un repas convivial en sa résidence du quartier Blaukhauss de Man.
Après cette date, plusieurs évènements se sont succédés dans le district des montagnes, où les chefs ont salué son excellence , Monsieur Alassane Ouattara pour cette nomination. 
Pour rappel,  lors d’une cérémonie parrainée par le général Vagondo Diomandé, ministre de l’intérieur et de la sécurité, à Zouan-hounien,  33 chefs du canton Blossé, ont dit merci à ADO, pour la nomination de plusieurs fils du Tonkpi, dont particulièrement l’ex-conseiller spécial d ‘Amadou Gon.  » La promotion de Flindé nous réjoui et demontre que le président de la République est un homme clairvoyant. Nous sommes rassurés  qu’il mènera bien cette mission à cause qu’il déjà proche de ses parents. » Ont -il déclaré . 
Sans oublier, que les chefs de Sipilou,  à a tête le chef de terre, Diomandé Aubin, ont à leur manière rendu hommage au natif de Kielé ( département de Man), par le don d’un bœuf et d’un gandola brodé de Fils dorés. C’était lors d’une remise de matériels agricoles à des groupements de femme. Une cérémonie, qui avait réuni plusieurs hauts cadres du Tonkpi, ainsi que des élus et opérateurs, le 25 juin 2021.
Les hommages au chef de l’État, pour avoir nommé un fils qui fait l’unanimité des garants de la tradition, s’est poursuivie dans les autres régions du district des montagnes. Jusqu’à une date récente.
Il y’a une semaine de cela, aux obsèques d’un de ces proches, le président de la chambre régionale des rois et chefs traditionnels du Cavally , Coulayes Victor Emmanuel, dans un échange avec la presse, a abondé dans le même sens que ses compères du Tonkpi et du Guémon. En plus de saluer la nomination, de ce docteur en économie, a plaidé pour le financement du district, qui doit se faire dans un bref délai. A l’en croire, trop de projets de portés sociales, seront présentés au gouverneur, d’où l’urgence de la mise en place du gouvernorat du district.

Au regard de tout ce qui précède, on peut aisément dire, que le président de la République Alassane Ouattara, ne prend pas les décisions à la hâte. Ces choix des personnes pour des missions gouvernementales ou à des postes stratégiques , sont calculés. Le fait qu’il confie, les reines du district autonome des montagnes à un de ses collaborateurs de longue date, n’est pas contesté. Mieux les chefs de l’ouest dans leur entièreté lui ont donné raison.
Axel, à Man

Continue Reading

Actualité