Connect with us

Culture

Faits et méfaits: Un internaute raconte la vie de John Pololo.

John Pololo dit Sogbi Jonathan de son vrai nom Seri Gnadre Lazare est une figure emblématique du banditisme en Côte d’Ivoire.

Published

on

Arole Ketch, avatar ou personnage réel a choisi son angle sur les réseaux sociaux notamment face. Dans une des rubriques il a choisi relater la vie de deux gangsters et légendes populaires : ESSONO le camerounais et John POLOLO l’ivoirien.

Dans cette édition, nous vous livrons l’histoire de John Pololo.

John Pololo dit Sogbi Jonathan de son vrai nom Seri Gnadre Lazare est une figure emblématique du banditisme en Côte d’Ivoire. C’est l’un des plus célèbres gangsters qu’a connu la Côte d’ivoire. Il a sévi dans les rues abidjanaises durant les années 80-90. Il était doté d’un physique impressionnant et d’un charisme naturel.

Plusieurs légendes relatent ses exploits vrais ou supposés. John Pololo, c’est plusieurs personnages en un seul. C’est l’histoire d’un grand pratiquant d’arts martiaux, un très bon danseur qui va s’illustrer avec brio dans le grand banditisme. Il est le père du « Logobi », un genre musical qui signifie en nouchi « faire le malin » et qui a donné une danse codifiée par Pololo.

Pololo est considéré comme l’un des pères du Nouchi (forme d’argot ivoirien), tant il a enrichi ce parler. Il a créé plusieurs néologismes et a largement contribué à populariser ce parler populaire. En plus d’avoir vulgarisé le Nouchi, il a aussi vulgarisé une démarche et une manière de s’habiller. Plusieurs artistes africains lui doivent leur renommée.

John Pololo était un loubard, il était le boss des loubards et employait des « gros bras ». John Pololo adorait la castagne mais il avait surtout la tchatche. En plus d’être un redoutable guerrier, c’était un beau parleur. Très éloquent, il réussissait toujours à prendre l’ascendant psychologique sur son interlocuteur. Teigneux, il réussissait toujours à obtenir ce qu’il voulait et il ne reculait devant personne. Il adorait les combats de rue.

Pololo connaissait parfaitement le milieu carcéral pour y avoir séjourné à plusieurs reprises. Lors de leur passage en prison où ils avaient été transférés en raison de leurs activités au sein de la FESCI, des leaders estudiantins comme Guillaume Soro, Blé Goudé Charles ou Damana Pikass auraient été protégés en prison par John Pololo, celui-ci les aurait pris sous son aile.

Mais John Pololo ce n’était pas un ange, c’était un criminel notoire, un repris de justice. A son actif : braquages, extorsions de fonds, viols, meurtres etc.

C’était un tueur à gage. Il était chargé de l’exécution de sales besognes. Il a été chargé d’exécuter plusieurs grandes personnalités. C’était un mercenaire qui vendait très cher ses services aux hommes politiques. Ses services ont par exemple été utilisés par la Présidence ivoirienne pour casser les grèves et manifestations de l’opposition naissante. On parlait alors des vagabonds salariés.

On lui attribuait plusieurs pouvoirs mystiques. On le disait si coriace que même les balles ne pouvaient le tuer. Pololo a été abattu après le coup d’Etat de décembre 1999 contre Konan Bédié qui porte le général Robert Guei au pouvoir. Désireux d’assurer la sécurisation de la ville d’Abidjan, les putschistes mettent en place une nouvelle cellule appelée PC Crise dirigée par Boka Yapi. Ils vont dresser une liste de loubards à éliminer le plus vite possible.

La légende raconte que lorsque Pololo a été capturé par les militaires après une altercation dans la rue ; ceux-ci ont essayé de l’abattre mais sans succès, il n’a même pas été blessé. Ils ont donc été obligés de l’attacher à deux camions et de l’écarteler. Toujours est-il que Pololo a été sauvagement été torturé avant de rendre l’âme. C’était le 13 janvier 2000. Pololo détenait plusieurs secrets d’Etat sur de hautes personnalités.

Criminel sans pitié, il était capable de tuer de sang-froid. Malgré tout, il était très populaire chez les jeunes qui l’idolâtraient. C’était leur Rambo. Il était à la fois ange et démon. Il était capable d’être d’une gentillesse profonde mais aussi d’une cruauté indicible.

Toujours est-il qu’il a marqué toute une génération d’ivoiriens en bien comme en mal. Plus de 20 ans après sa mort, son nom continue de régner dans les rues d’Abidjan. Une rue d’Abidjzn siège de ses exploits porte son nom.

Le célèbre artiste ivoirien Dezy Champion a composé une chanson à sa mort pour lui rendre hommage.

NB : N’ayant pas la science infuse, je compte sur vous pour ajouter en commentaires les différentes informations et légendes que vous connaissez sur ces deux brigands.

Arol KETCH – 30.10.2020 avec la rédaction de infocentrale.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Miss Côte d’Ivoire 2021: Mlle Olivia Yacé représentante de la region du bélier est la nouvelle reine de la beauté ivoirienne

Published

on

Mlle Olivia Yacé, 23 ans, 1.80m et étudiante en 3ème année de marketing à l’université Wiener à Philadelphie aux États-Unis et représentante de la region du bélier est la nouvelle reine de la beauté ivoirienne. Elle a été élue miss Côte d’Ivoire au terme de la 65ème édition de ce concours de beauté féminin hier samedi 4 septembre 2021 au Sofitel hôtel ivoire Abidjan. Il convient de noter que ce concours a été créé en 1956 et la première ivoirienne à porter cette couronne est Marthe Niankoury. Il est diffusé sur la Rti depuis son édition de 1985.
Mlle Olivia Yacé, notre nouvelle reine de beauté est belle, jeune et une « tête en télélechargement » pour parler comme à Cocody. Elle est la fille du 1er magistrat de la commune la plus huppée de notre capitale économique(Cocody). Elle n’a pas gagné parce qu’elle est la « fille De » comme veulent nous faire croire certaines mauvaises langues. Elle a gagné parce qu’elle est belle et remplit les critères des membres du jury et par ricochets ceux du Comici. Elle a gagné parce que c’est elle qui devait gagner. Elle a gagné un point un trait.
Être élue miss Côte d’Ivoire, c’est indiscutablement gagner un jackpot. Dizaine de millions, voyage tout frais pour une destination paradisiaque, une luxueuse voiture assorti d’un permis de conduire et plusieurs autres prix. Comparer à ce que gagne une lauréate du concours miss mathématique: un ordinateur, 100 milles franc, kit scolaire assorti d’un diplôme de participation. Je me dis que nous avons souvent tendance à renverser la pyramide des valeurs dans notre nouveau et merveilleux monde. Nous avons pris l’habitude de moins récompenser et encourager ceux qui nous tirent vers le progrès et à privilégier ou récompenser ceux qui nous plongent sans transition aucune dans la sensation et l’émotion. Car, il ne serait pas trop demander qu’on nous dise ce que ce concours vieux de 65 ans à véritablement apporté à la marche du navire Ivoire.
On me dira que c’est plus une histoire de visibilité et de marketing et que les sponsors et partenaires sont plus présents là où il y a plus de monde. C’est vrai. Mais il faut simplement que tous ceux qui ont la possibilité et la capacité d’aider puissent aider sans lésiner sur les moyens pour nos jeunes porteurs de projets capables de tirer notre société vers le progrès.

Travaillons chaque jour à la beauté des choses. Excellent dimanche à toutes et à tous.

Emmanuel de Kouassi

Continue Reading

Culture

Côte d’Ivoire : Obsèques de l’artiste Gasco Sran Nouan / des révélations émouvantes

Published

on

L’artiste Gasco Sran Nouan dont la singularité est de danser avec le mortier a tiré sa révérence le 10 juillet dernier.

Les artistes tradi-modernes et toute la population de Toumodi lui ont rendu un vibrant hommage le mercredi 11 août dernier à Toumodi lors de l’unique veillée funèbre faite à son honneur à la place Bazar Zouzou. L’on peut l’affirmer, les artistes, une cinquantaine, se sont donnés à fond pour tenir le nombreux public en haleine jusqu’au petit matin. Deux d’entre eux ont fait la différence.

Il s’agit Jagger et de Adeba Konan. Ce dernier à lui seul a égayé et fait danser toute l’assistance qui en redemandait. Le vendredi 13 août, la levée de corps a eu lieu à la morgue de l’hôpital de Toumodi devant des fans inconsolables. Le corps de Gasco Sran Nouan a été transféré dans son village natal Tokpayaokro sous-préfecture de Didiévi où une dernière veillée en hommage à l’artiste unique en son genre a retenu les nombreuses délégations venues l’accompagner en haleine.

Le samedi 14 août a eu lieu la douloureuse séparation. Le manager de l’artiste Konan N’Guessan Isidore dit Commandant Jabbar, responsable de radio Djékanou très affecté n’a pu retenir ses larmes. Sur notre insistance, il a fait un témoignage de sa collaboration avec l’artiste:  »  Son nom à l’état civil, c’est Kouadio Konan Justin, son père s’appelait Kouadio Gaston. Il a donc utilisé le diminutif du prénom Gaston de son père pour se faire appeler Gasco. Il a au moins 6 albums sur le marché. Le souvenir fort que je garde de Gasco Sran Nouan, c’est que j’ai lutté de toutes mes forces pour qu’il fasse un voyage à l’étranger pour le faire connaître à l’international afin que sa célébrité soit véritablement assise.

Sinon les tournées ici au pays, c’était bien, mais il, était arrivé à un niveau où il fallait sortir d’ici pour le vendre aux Etats-Unis, en France et pourquoi pas en Asie, mais d’autres paramètres sont intervenus et nous n’avions pu faire ce voyage.

J’ai mal à y penser. Concernant son jeu de scène avec le mortier, il faut savoir quà 07 ans, il est tombé en brousse, y a passé un séjour et lorsqu’on l’a retrouvé; il ressemblait presqu’à un fou et avait certains pouvoirs mystiques. Apparemment, il avait connu une certaine initiation en pleine brousse. Pour ce qui est de l’alcool, contrairement à ce que certaines personnes disent sur son compte, il n’est pas accro à l’alcool. Gasco Sran Nouan en réalité est un personnage qui a un certain complexe devant le public , il a froid aux yeux, c’est pour dissimuler cela que quelques fois il prenait un peu d’alcool.

Pour ce qui est de la pérennisation de l’art de Gasco Sran Nouan, il y a un jeune homme que tous appellent  » Petit Gasco  » qui s’applique bien quant à soulever le mortier comme Gasco le faisait. Je vais m’employer à le coacher pour faire de lui une star. » Gasco Sran Nouan quitte le monde des vivants en laissant derrière lui une veuve et 7 enfants.

Vive l’artiste
                                                                                                                                                                                                                                                                                                          DO

Continue Reading

Culture

Côte d’Ivoire : Des étudiants de l’université Alassane Ouattara tentent de sauver le cinéma pour le bonheur des populations

Published

on

Des étudiants de l’université Alassane Ouattara ont manifesté leur volonté de faire renaître le cinéma qui autrefois était facteur de solidarité et de fraternité dans la ville de Bouaké. À cet effet, ils ont réalisé trois séries à savoir : l’étudiant noir, le kidnapping et le gaz d’apoutchou afin de montrer leur savoir-faire. Ces séries ont été visionnées le vendredi 6 Août dernier dans la salle du centre culturel Jacques Aka de Bouaké.

Ainsi, Jean Yves N’Dri allias el profesor, manager du groupe piraterie game production ( PGP), par ailleurs, réalisateur de ces différents scénarios a expliqué les motivations qui accompagnent son projet de film dénommé Gbêkê-wood.  » Ma passion pour le cinéma provient depuis l’enfance. Je me suis lancé dans le projet Gbêkê-wood afin de réveiller le cinéma ici à Bouaké » a-t-il indiqué.

Toutefois, il a évoqué les nombreuses difficultés rencontrées et invite des personnes de bonne volonté à les aider.  » Le cinéma est rassembleur et nous voulons le faire progresser mais nous rencontrons assez difficultés. Le matériel de tournage est cher et étant des étudiants nous n’avons pas les moyens de nous en procurer. Nous demandons de l’aide des autorités et des acteurs de média afin de nous aider à faire renaître le cinéma dans la région du Gbêkê  » a-t-il plaidé.

Le parrain de cette activité, Touré Souleymane, conseiller du premier ministre en charge de la jeunesse, a salué cette initiative des étudiants.  » C’est une fierté pour nous de parrainer une telle activité culturelle. Le cinéma a joué un très grand rôle dans l’histoire de la Côte d’Ivoire et malheureusement cela fait plusieurs années que le cinéma n’a pas décoller. Les espaces de cinéma étaient des lieux du donner et du recevoir. J’invite la jeunesse à faire preuve de plus de civisme car le développement ne peut pas se faire dans le désordre  » a -t-il laissé entendre.

Cette projection cinématographique s’est achevée par le concert de MC One, jeune rappeur ivoirien.

Stéphane Kouakou

Continue Reading

Actualité